mardi , 25 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Christian Kjellvander

Christian Kjellvander

The Rough And Rynge

Label: Startracks / Irascible


FOLK Christian Kjellvander,
auteur compositeur interprète suédois, c’est avant tout un timbre de voix,
légèrement nasillard, mais unique. Ensuite c’est un artiste actif depuis une quinzaine
d’années qui nous emmène loin avec ce dernier opus après une absence
discographique de quatre ans. Un voyage calme mais très agréable où l’on ne
s’ennuie pas.

C’est quelque part entre les
Etats Unis et la Suède,
en passant par les pays celtes. L’influence américaine, principalement country,
mais aussi ce quelque chose aussi qui ne l’est pas, et qui lui donne aussi
cette originalité. Un peu comme un western tourné en Espagne. C’est identique.
L’écriture, la voix, l’accompagnement de guitares folks et tous les
arrangements, même les solos, c’est très fortement connoté par la country. Et
pourtant, comme Sergio Leone a relancé le western en Italie, Christian
Kjellvander donne à sa musique américanophile une fraicheur. On est plus loin
que la country (qui soit dit en passant est un genre que j’apprécie autant que
je le trouve très élémentaire et basique musicalement). La voix envoutante du
chanteur y est déjà pour beaucoup. Avec l’ambiance très calme, parfois à la
limite de l’intemporel, frôlant le rock mélancolique, aux accents celtes, tout
en gardant son coté américain, on obtient par cette recette un album magique.
Un voyage où l’on ne distingue pas tout, mais qui laisse de belles images.

Faire
simple, mais le faire bien !

 

Si l’écriture musicale n’est
pas complexe (d’où l’aspect country, qui souvent ne se sert que de quelques
accords élémentaires), les arrangements souvent assez sobres donnent au disque
un climat assez calme, sans jamais créer l’ennui. C’est le bel exemple de faire
simple, mais le faire bien ! Sans complication inutile, on monte sur la
barque et on se laisse emporter par les douces vagues sonores. Le rivage n’est
jamais loin, on ne se perd pas, il n’y a plus qu’à fermer les yeux et écouter.
Paradoxal de voyager les yeux fermés, mais vu la maîtrise du capitaine, on sait
qu’on arrivera à bon port. Sa maitrise de la ligne mélodique, particulièrement
sur “Gardener River”, est exceptionnellement magnifique !

Trêve de superlatif. Je suis
en voyage, quelque part entre les USA et l’Europe du Nord. Je ne sais où, je ne
sais même plus quand, mais je sais que je suis bien, bercé par des violons, des
guitares et une voix unique. Je ne sais pas quand je reviendrais. “Long Distance
Runner” me berce avant une certaine “Death” (les deux titres qui achèvent le
disque) calme et serein.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page