mercredi , 21 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Nine Inch Nails

Nine Inch Nails

DVD "Live: Beside You In Time"

Interscope - Universal


Toute nouvelle sortie d’un disque, remix ou dvd de Nine Inch Nails est fêtée dans le monde avec une ferveur à nulle autre pareille. La fidélité des fans de Trent Reznor (dont fait partie votre serviteur) ne s’est jamais démentie, et ceux-ci accueillent chaque nouvel opus avec ce qui ressemble à de l’adoration béate et parfois un brin niaise. Une légère méfiance de bon aloi régnait donc à la vision de ce Live: Beside you in time, avant de se transformer en pur enchantement !
En effet, une tournée de Nine Inch Nails reste un événement, mais Reznor & Co. faisaient plus souvent la une pour leurs excès backstage que pour les concerts eux-mêmes.  Ayant mis un terme à sa consommation effrénée de coke et d’alcool, Trent Reznor opère un retour musclé, énergique et serein. Véritable illustration vivante de la fameuse sentence de Nietzsche «ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort», Reznor s’est entouré de musiciens impeccables (le fantastique Jeordie White – ex Twiggy Ramirez chez Marilyn Manson, le génial Aaron North à la guitare, le très rigoureux Josh Freese à la batterie, Alessandro Cortini au clavier, samples et choeurs) pour ce retour triomphal à la scène après plus de cinq années de silence.
Mélangeant allègrement des titres issus de tous ses disques, le dvd fait la part belle aux compositions issues du petit avant-dernier (With Teeth),  disque qualifié un peu rapidement de “mou” par des critiques malveillants, là où il aurait fallu écrire “apaisé”.
Le dvd démontre au contraire que des titres comme “Only”, “Right where it belongs” ou “Beside you in time” passent l’épreuve de la scène haut-la-main! Mais que les nostalgiques de l’immense trilogie constituée par les albums Pretty Hate MachineThe Downward SpiralThe Fragile se rassurent: “March of the Pigs”, “Closer” et autres “Eraser” figurent en bonne place. Quand aux chefs-d’oeuvre “brise-coeurs” comme “Something I can never have”, “Hurt” ou “Non-entity”, ils bénéficient d’un traitement tout à fait honorable.
A noter la magnifique prestation scénique de Trent Reznor, démiurge très concentré et réactif, littéralement porté par un public amoureux fou en quête d’osmose.
Au niveau visuel, la performance est proprement ha-llu-ci-nante: un écran numérique derrière le groupe et un rideau de fer/voile de gaze à l’avant de la scène offrent à voir un spectacle chamarré et psychédélique – dans le bon sens du terme. Sans faute de goût, les images montrées illustrent à merveille les tourments intérieurs de Trent Reznor et sont toujours très (im)pertinentes (aaah, les hurlements et bras d’honneurs envoyés par la foule furieuse à l’appariton d’un président Bush à l’air idiot comme d’hab’!!).
Je n’ai qu’un mot à ajouter sur ce live de Nine Inch Nails: Inoubliable!


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page