mercredi , 19 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Mephistosystem

Mephistosystem

Endless Crawl

Monkey - Musikvertrieb


Mené par le génial Abele Franzé, compositeur dantesque et inspiré, Mephistosystem a sorti son premier album fin 2006, reprenant le travail de destruction massive laissé en plan par un Trent Reznor (Nine Inch Nails) revenu à un rock plus serein, une fois ses démons personnels exorcisés. La filiation de Mephistosystem avec Nine Inch Nails, évidente et revendiquée, transpire à chaque seconde de l’écoute de Endless Crawl, offrant à l’auditeur des moments d’anthologie dignes du meilleur rock-industriel. La sincérité absolue des compositions du groupe, la qualité phénoménale de la production chapeautée par Abele Franzé et la bassiste Nadia Giacchetta, la rage épique qui se dégage de certains morceaux font de ce disque un excellent anti-virus pour affronter l’hiver…
Oscillant entre «destruktivrock» et nu metal en passant par la techno, la musique du groupe Suisse-allemand ne manquera pas de séduire ceux qui prennent le train cyber-industriel en marche et qui n’ont jamais connu les transes provoquées par l’écoute de The Downward Spiral ou The Fragile des sus-nommés NIN.
Le premier morceau du disque, «Anywhere and Nowhere», inaugure un délire de perdition totale qui rappelle la marche pompeuse et péplumesque de «Pilgrimage», morceau composé en son temps par le torturé Reznor. «The Number I Get» lance la machine de guerre : des boucles de hardcore techno faisant office de blindés, la voix d’Abele, omniprésente et mouvante comme une escouade de fantassins lancés au hasard dans la bataille. On croirait même entendre les influences de Linkin’ Park ou Jane’s Addiction percer le fracas des armes. Suivent «Follow Myself», exercice de style enlevé par la basse agressive de Nadia Giacchetta, et «Try to Be Like You», festival où Kraftwerk serait malmené par Sepultura.
Le single «Anybody Cares» rappelle la musique de Marilyn Manson sous influence de Tim Skold. Télescopage de new-wave brutale et de guitares distordues, l’énergie qui s’en dégage est très contagieuse. «Impossible Things» calme le jeu : originale et désaxée, la chanson se perd dans un dédale ambient, avant un final minimal du plus bel effet.
«Blank Faced» revient au nu metal le plus allumé. Violent et sans concession, soutenu par des riffs sur-saturés, ce morceau laisse sans voix.
Le maladif «It Seems», enregistré sous la surface d’une eau trouble et délétère, laisse se déployer les tentacules d’Architeutis Dux, le calmar géant qui entraîne hommes et vaisseaux dans les profondeurs des abysses (cf. la cover du disque). Attention chef-d’oeuvre…
L’ouverture apaisante au piano de «Serious» rassure, puis un groove terrible se met en place (basse saturée, guitare un demi-ton en dessous, voix geignarde d’Abele) pour un final grandiose.
«Self Deleting» étonne avec son riff montant en puissance et ses chœurs joyeux et infantiles. Peut-être le meilleur morceau du disque, «D.B.F.S.» offre une composition rigoureuse et fantasque proche de celles de Faith No More. Le talent du groupe s’y déploie complètement, passant de la douceur à l’abrasif avec une aisance sidérante.
La maturité des musiciens accomplis de Mephistosystem est enthousiasmante, le rock en Suisse ne s’est peut-être jamais aussi bien porté ! Néanmoins l’aspect extrêment référentiel d’Endless Crawl peut parfois rebuter les auditeurs les plus exigeants, d’autant plus que le groupe montre souvent une capacité à innover vraiment convaincante, notamment dans son utilisation de l’electronica. On ne peut que souhaiter que Mephistosystem saura «se lâcher» un peu plus, car l’avenir est à eux !

Lien vers le site officiel du groupe


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page