samedi , 17 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Grand Bastard Deluxe

Grand Bastard Deluxe

Love, Stars and Broken Hearts

Irascible


Pour les lecteurs qui aiment classer les groupes dans des catégories, nous pourrions assez aisément citer des noms tels que Blink 182, Fall Out Boy ou encore Good Charlotte. Après libre à chacun de se faire sa propre représentation de la musique de GBD. Quoi qu’il en soit, nos petits Helvètes n’ont rien à envier à ces groupes, si ce n’est le succès qu’ils connaissent. Le talent, le son et l’énergie de GBD peuvent faire trembler les plus grands. Mais en attendant qu’ils soient des rock stars et qu’ils cassent les cœurs de milliers de groupies, revenons sur la dizaine de titres que compose cet album.

«Not the way» annonce la couleur avec des bons riffs punk, la voix de Julien Guex se pose tout naturellement pour l’ambiance punk rock et le reste se fait tout seul. Quelques notes de synthé donnent la petite touche pop. Précisons qu’il existe un clip de ce titre réalisé par Victor Jaquier, jeune artiste lui aussi lausannois.
«Men in Blue» est un très bon morceau alternant belles mélodies et riffs saccadés, qui rappelle le Green Day de quelques années.
Avec « Don’t waste your time», c’est l’occasion de chanter tous en cœur un refrain facile à apprendre et qui reste en tête toute la journée.
On a l’impression que le rythme se calme sur «What’s going on ?» et bien après trente-cinq secondes, lorsque Marc Cappelletti commence à s’acharner sur sa batterie, on est reparti pour un tour. Ce titre, un peu moins accessible que les premiers, a une touche un peu plus heavy que pop punk.
«I can’t stay tonight» est par contre sur un autre rythme, un peu plus léger, la voix est aussi plus lente. Cela ne dure pas longtemps puisque «Used to» démarre au quart de tour pour bien contraster. La fin de la chanson retombe quelque peu en intensité pour à nouveau contraster avec une intro tonitruante. En effet, « Your beloved son » posssède un premier riff qui rappelle cette fois le Offspring de jadis, avant de repartir dans quelque chose de plus saccadé au milieu de la chanson.
Les derniers titres de l’album sont toujours dans cette même lignée pop punk rock. On se sent en Californie avec une planche de surf sous le bras.

Vous l’aurez compris, GBD est comparé aux grands noms du punk rock. Il ne leur reste plus qu’à gravir les marches de la célébrité une à une sans tomber dans les nombreux pièges que cette aventure réserve.

Enfin pour les curieux et les fans qui ne sont pas encore au courant, sachez que GBD sera sur notre chaîne nationale (TSR 2) le 17 février à 19h00 dans l’excellente émission «Garage».

Lien vers le site officiel du groupe

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page