mardi , 25 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Biggles

Biggles

Colossus

Sound Service


Un des albums le plus difficile à chroniquer. Comment qualifier un objet capable du meilleur («We May Run», beau à pleurer, est d’une douceur exceptionnelle, d’une simplicité qui n’a d’égal que la sensibilité à fleur de peau et la facilité de l’artiste à communiquer ses émotions) comme du pire («Karmageddon» ? Non merci, je reprendrai plus volontiers une tranche de mauvais Bon Jovi !).
 
Alors quid ? Il y a d’un côté les bonnes idées. Les plans sont simples, ils ne révolutionnent rien du tout mais tout ça invite à tendre l’oreille. De l’autre, il y a ce rock que seuls les germanophones savent apprécier (« Black Captain » vous rappellera les tristes heures où votre grande sœur écoutait « Wind of Changes » de qui vous savez – mieux vaut les oublier !). Si le touche-à-tout peut être une force (Beck, Joseph Arthur…), il peut se révéler déséquilibrant voir malvenu, à l’image du deuxième morceau (le bien nommé « Karmageddon » et son rock FM calibré pour les heures les plus pénibles de toute station radio pour ménagère quinquagénaire qui se respecte). « Karmageddon », disais-je, qui vient foutre en l’air l’excellente entrée en matière qu’était « Hellvédère ». Et ainsi de suite. Le-yin-bouffe-la-queue-du-yang-qui-lui-mange-les-pieds-qui-se-défend-qui-riposte-qui-balance-une-droite-dans-la-mâchoire-du-yin-qui-mord-là-où-ça-fait-mal.
 
Et malheureusement, malgré les quelques bons titres, Biggles rase les pâquerettes, et le peu de bon goût dispersé çà et là ne suffira pas à créer l’impulsion nécessaire qui nous décidera à ressortir l’album pour le mettre dans le lecteur.
 
P.S. …mais procurez-vous « We May Run » d’une manière ou d’une autre !!

Lien vers le Portrait de l’artiste

Lien vers le site officiel

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page