mardi , 25 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Okkervil River

Okkervil River

The Stand Ins

Jagjaguwar Records


Voilà bien un digne album des Okkervil River. Tous en chœur et du fond de leur tripes, ils expriment avec une générosité hors du commun ce qui passe par leur esprit torturé. Tout est dans l’intention. Une intention contagieuse qui emporte son public dans un tourbillon de vie. Comme le dit si bien Will Sheff dans "Starry Stairs": « I am alive, but a different kind of alive… » et le public se sent, lui aussi, bien vivant.
Un rapide détour par YouTube (ou sur leur site) suffit à dévoiler le caractère spontané et bricole du groupe. Chez les Okkervil River, tout sort du cœur. Une caméra plantée dans le désert en face d’un Will Sheff muni de sa guitare et de son harmonica suffisent à tourner un clip. N’importe quel bureau équipé d’un pauvre néon sert de plateau pour une interview sans que le leader n’ait apparemment vu le soleil depuis au moins six mois. Qu’à cela ne tienne, tout est dans le contenu. Will Sheff est content d’être là pour partager ce qui l’habite et l’auditoire est conquis par son charme.

Difficile donc de ne pas être absorbé par l’élan que suscite sa voix, de ne pas écouter ses paroles pleines de sens, de ne pas se lever de sa chaise au son des cuivres. Dans The Stand Ins, l’ancre est levée avec un "Lost Coastlines" qui réveille l’enthousiasme et annonce la couleur critique dès les premières notes. Dans un dédale de sonorités qui vont des plus country ("Singer Songwriter") aux plus rock ("Pop Lie"), les Okkervil River nous font ouvrir les oreilles sur leur monde, un monde agréable à entendre même s‘il n‘est pas toujours joli à regarder. Et pour courronner le tout, les Okkervil River excellent dans l’art du slow song dont le premier prix revient cette fois à un "On Tour With Zykos" magnifique et désenchanté.

Un album bien construit et subtilement écrit, aux sonorités ancrées dans un rock US allant de la country aux Rolling Stones. Moins sombre que l’incontournable Black Sheep Boy, The Stand Ins n’en reste pas moins très personnel. Un beau cadeau de générosité et de sincérité à écouter en boucle.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page