vendredi , 21 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Motorpsycho

Motorpsycho

Little Lucid Moments

Irascible


La musique des pays nordiques est souvent réputée pour être extrêmement brutale, malsaine, voire sataniste. Il est vrai que le Black métal a une source d’inconditionnels fans dans ces pays où les nuits sont longues. Mais ne nous arrêtons pas à ces archétypes de brûleur d’églises pour définir la musique du Nord. On y trouve une multitude de groupes de rock plus classiques dont les Norvégiens de Motorpsycho, qui mine de rien ont bientôt vingt ans de carrière. Ils sont de retour cette année pour la sortie leur dernier opus Little Lucid Moments un 4-titres assez étonnant.
Ne croyez pas, cher lecteur, que l’on parle d’un simple 4-titres, ce dernier disque dure tout de même une heure. Mais voilà, Motorpsycho est plus dans la logique d’un concept album et pour ce genre de musique cela convient parfaitement. Mais quel genre me direz-vous? Le terme rock psychédélique, qui est assez large, convient bien. On pourrait aussi dire quelque chose entre Pink Floyd, Sonic Youth et The Mars Volta.
L’album commence par le titre éponyme qui est divisé en quatre parties et qui dure plus de 20 minutes. On y trouve de longs passages instrumentaux assez hypnotisant, mais loin d’être calme.
En deuxième position, «Year Zero» débute tout doucement. Quelques notes acoustiques sur la basse, la batterie, arrivent gentiment, la guitare devient électrique, le rythme s’intensifie, les riffs deviennent répétitifs pour nous hypnotiser et tout retombe avant que la voix ne se pose. Une voix assez claire, un peu plaintive qui s’accorde à merveille avec le fond sonore. Les quatre dernières minutes du morceau sont instrumentales. «She left on the sun ship» s’en suit. Un bon vieux riff bien rock pour nous mettre en condition avant qu’une basse monstrueuse débarque pour tenir la baraque. Car il faut l’admettre, la basse a une grande importance au sein du combo norvégien. Le titre ne ressort pas du lot: toujours ces solos répétitifs, ces pièces planantes, ces notes dissonantes, un peu à la manière des groupes stoner. Pour conclure, «The Alchemyst», qui commence tout en douceur avec quelques petites notes de guitares qui montent crescendo jusqu’à ce qu’à ce que le morceau débute véritablement. Assez énergique tout de même, mais toujours dans la ligne artistique de l’album

Les musiciens de Motorpsycho, fans de Black Sabbath et Dinosaur Jr ont beaucoup de talent. Assez peu médiatisé, mais vraiment original, ce Little Lucid Moments a de quoi surprendre. Pour ne pas manquer toutes les subtilités de l’album, il faut vraiment se poser et l’écouter assez fort, ou alors avec un casque. En fond sonore, vous allez passer à côté de beaucoup de choses.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page