Vous êtes ici : Accueil » Slideshow Haut » Varg Vikernes, le coupable idéal

Varg Vikernes, le coupable idéal


FAIT DIVERS - En début de semaine (mardi 16 juillet 2013) la France découvrait le visage du mal, celui d’un norvégien que les médias français se plaisent à surnommer « Varg le loup ». Une tête familière pour certains metalleux, celle du leader de Burzum : Kristian « Varg » Vikernes.

En parcourant les pages du net et en regardant la télévision je suis immédiatement interpellé par les nombreuses accusations des journalistes présentant un « monstre » qu’il faut mettre au pilori en plein soleil. Qui est ce quadra paisiblement installé avec femme et enfants dans un village de 400 âmes ? À en croire les journaux, ce « terroriste » norvégien (avouez que c’est drôle !) n’en n’est pas à son coup d’essai : brûleur d’églises, tueur « potentiel » prédisant un gigantesque massacre en Europe, proche d’Anders Breivik,  sympathisant néo-nazi, et même assassin. On ne va pas demander à des journalistes d’aller passer le concours du barreau mais en matière juridique on ne peut pas dire n’importe quoi, en France la diffamation est un délit. Par ailleurs, il conviendrait de vérifier l’information avant d’écrire des choses qui ne sont pas exacts.

Sur ce coup là, il est évident que la question de la présomption d’innocence ne s’est pas posée une seule seconde. Et pour cause, il faut dire qu’avec un CV pareil, Vikernes est le coupable désigné pour un procès d’intention en règle.

Je suis allé voir de plus près le fameux blog ainsi que le site internet de ce dangereux épouvantail, j’ai lu l’intégralité de ses derniers billets et la seule chose que j’ai à en dire, ce type use de sa liberté d’expression, point à la ligne. Je n’ai ni à commenter le fond de ses idées ni à supputer qu’il aurait pu perpétuer un massacre sur le seul et unique fondement d’écrits subjectifs et poétiques. Toutefois, si des choses tombent sous le coup de la loi ce n’est pas aux journalistes et encore moins au péquin – pris en otage par du journalisme de prisunic – d’en décider, mais bien à un juge.

Maintenant, et de la façon la plus basique possible, voici les questions que pose cette pseudo-affaire. Je dis pseudo car il n’y a rien du tout à part de l’enfumage médiatique dans une sale période de présidentialisme effronté. Allons-nous interpeller tous ceux qui profèrent des menaces de mort sur internet ou qui souhaitent que le monde brûle dans un épouvantable chaos ? Allez donc sur Youtube ou sur Facebook et vous constaterez le nombre de menaces de mort proféré à l’encontre d’autrui ou d’un groupe, de propos d’une violence inouïe, d’antisémites notoires que la justice ne puni jamais, sans compter d’immondes vidéos tournées en métropole – notamment des personnes qui se trimbalent avec des armes à feu en pleine rue, des bastons sanglantes, et récemment une tentative de viol filmée dans la rue à Paris –. Tout cela est en libre circulation, filmé à visages découverts et pourrait donc faire l’objet de  mesures plus que « préventives » étant la gravité des faits. Faute d’arrêter des présumés coupables on arrête des présumés innocents. Du coup, allons-nous mettre au placard tout les gens qui pètent un boulard derrière leur clavier ?  

Maintenant que penser du bonhomme en question ? Avant toute chose, doit-on le juger par son apparence de « survivaliste » en cotte de maille reclus en Corrèze avec sa Panda et sa Lada estampillées camouflage militaire, sans parler du tricycle des gamins, lui aussi au couleur de l’armée ? Au fait, 43 kms séparent Salon-la-Tour de Tulle – fief du président de la république française –mais tout cela n’a aucun rapport, croyez-le bien ! Devons-nous considérer la dangerosité de Vikernes à la lumière de son giron musical : le diabolique « Black metal » (qu’on commence déjà par me dire clairement et simplement ce qu’est le black metal ?) Faut-il le suspecter, lui plus qu’un autre, étant donné son passé criminel pour lequel il a purgé une peine d’emprisonnement de 16 ans (j’entends dire que les prisons norvégiennes c’est les vacances. Ah bon ? Vous y êtes allés ? Certains disent également qu’il aurait du faire les 21 ans de prison prévus au départ. Quel rapport avec cette arrestation arbitraire?). Il paraît que la mesure « préventive » dont Vikernes et son épouse ont fait l’objet résulte d’une suspicion aggravé par le fait que cette dernière se soit procuré légalement 4 fusils 22LR. Se pose alors la question de la règle de droit qui dispose que chacun peut posséder une arme dès lors qu’il est régulièrement inscrit en club de tir, déclaré auprès de la police, en mairie et en préfecture. L’épouse de Vikernes possédait ces armes car elle y était autorisée. Personne ne le nie puisque c’est le cas.

Encore une fois, peut-on être fondé à mettre en GAV une personne qui, jusqu’à preuve du contraire, n’a pas enfreint, la règle de droit ?

Enfin, je me demande quel sera l’impact sociologique sur la vision du metal en France, en particulier ce que vont penser ceux qui ne connaissent rien à ce milieu de marginaux. La porte est ouverte à cette bonne vieille paranoïa : il faudra désormais suspecter voire arrêter les chevelus, les tatoués, les poilus, les gros, les maigrichons, les rasés, les mecs en noir, les mecs en cuir, les marginaux, les gens qui ne parlent pas, ceux qui parlent trop et en définitive procéder à du « délit de sale gueule » comme on dit. Mais malheureusement, le pays du camembert n’a pas attendu Varg Vikernes car tout ceci se pratique depuis des lustres au fameux pays des lumières, de Descartes et de la devise républicaine. Toutes ces bonnes paroles sont derrière nous, une fois de plus. Triste époque.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page