jeudi , 20 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Tom Huber

Tom Huber

Walk Through Elko

Label: Spezialmaterial / Irascible

FOLK ROCK - La voix grave et chevrotante, les mots enchevêtrés et prononcés dans un souffle, une certaine noirceur dans les sons et dans les thèmes, Tom Huber séduit immédiatement.

WALK THROUGH ELKO du Zürichois, étrange album d’un cowboy solitaire. Entre arpège classique, interludes électroniques et rythmique folk, Tom Huber signe un album extrêmement cohérent et particulièrement intéressant.
Le morceau d’ouverture, "As I Was On A Walk" est idéal : débutant doucement et devenant progressivement intense, il passe de la douce balade folk au morceau rock presque tendu, chutant à son apogée dans une fugue évanescente. Tom Huber sait captiver de par sa manière de prononcer les mots : ni mâchés, mais ni clairs. On l’écoute alors attentivement nous conter ses morceaux, ses histoires de solitaires.
"Don’t Take Me Down" nous envoie alors en Amérique et nous transporte dans ses paysages hostiles et désertiques. Un blues rauque très loin d’être lisse. Un morceau à tiroir, à la mélodie constante mais à l’accompagnement musical changeant.
Puis vient le premier des interludes instrumentaux. "Misty Man" dure moins d’une minute trente et est très électro par rapport au reste de l’album. L’ambiance est étrange, tendue, presque effrayante mais parait familière. Et l’album se fait plus sombre. "Under The Blankets", autre morceau instrumental, plus futuriste que le premier fait penser à Radiohead, tandis que "Dancing With Leland", ultime morceau en plusieurs tableaux, clôt ce disque particulier.

Tom Huber nous rappelle certains disques de Beck, notamment MODERN GUILT. Et la similitude avec Silver Jews est évidente, tant par la voix que par la poésie.

 

WALK TROUGH ELKO est déroutant. Tom Huber surprend parfois, mais son album a été conçu avec une extrême précision et une grande réflexion. Très folk, profondément imprégné de la musique nord-américaine, on découvre cependant des accents électroniques, presque futuristes.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page