mercredi , 26 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Scott Matthew

Scott Matthew

Unlearned

Label: Glitterhouse Records / Irascible

FOLK – Trois albums studio, un best-of, il ne manquait plus qu’un album de reprises pour compléter le tableau. C’est dorénavant chose faite avec UNLEARNED.

On ne présente plus le barbu australien Scott Matthew qui a régulièrement figuré dans nos colonnes depuis le début de sa carrière solo. On le retrouve cette fois avec un disque de reprises. Un exercice que les artistes apprécient, mais qui est souvent assez périlleux. Faut-il rester fidèle à l’original ? Peut-on revisiter totalement le morceau ? Voilà les questions qui diviseront toujours les musiciens et amateurs de musique en tout genre. D’ailleurs, si vous regardez les articles de la presse musicale, c’est pareil. Certains ont adoré cet album et d’autres l'ont détesté. Il est vrai que Scott Matthew a choisi de passablement transformer ces chansons. Il reste fidèle à son style folk dépouillé tout en douceur, mais dénature complétement certains morceaux. En musique de fond, c’est super agréable, mais une écoute attentive devient malheureusement un peu ennuyante et soporifique. Triste constat.

Le choix des chansons est néanmoins très intéressant. On retrouve des classique du genre comme "No Surprises" de Radiohead, "Love Will Tear Us Apart" de Joy Division, "Harvest Moon" de Neil Young ou encore "Darklands" de The Jesus and Mary Chain. Il y a les titres plus surprenants comme "To Love Somebody" des Bee Gees, "I Wanna Dance with Somebody" de Whitney Houston ou "Smile" de Charlie Chaplin avec un featuring de Neil Hannon. Il y en a pour tous les goûts, mais au final quand Scott Matthew décide de reprendre un titre, il en fait du Scott Matthew et on a l’impression d’entendre tout le temps la même chanson.

On apprécie et on est plutôt bon client du personnage, mais cet album de reprise n’était peut-être pas nécessaire dans la discographie du musicien. On compte sur lui pour ne plus figurer en musique de fond.


Un commentaire

  1. Quel bellâtre! Shane embury aussi est un tombeur ! 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page