mercredi , 19 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » R.Wan

R.Wan

Peau Rouge

Label: Chapter Two - Wagram / Disques Office

NOUVELLE SCENE FRANCAISE – Toujours aussi actif, R.Wan, le chanteur de Java sort son 3ème album solo. Entre humour, auto-dérision, vérité et décalage, le chanteur de rap-musette s’éclate toujours avec les mots pour notre plus grand plaisir.

Lorsque R.Wan n’est pas le leader de Java, il sort  quelque peu de son rôle de chanteur rap-musette, mais n’atterrit pas très loin. L’univers musical de R.Wan en solo ou en groupe n’est pas diamétralement opposé. On retrouve cette gouaille franchouillarde et parisienne qui lui colle à la peau. Il y a toujours ces textes assez drôles, plein de second degré et décalés à souhait. Ce qui change la moindre, c’est peut-être certains univers et d’avantage d’orchestration et d’instrumentation. Et encore… MAUDITS FRANÇAIS (dernier album de Java) était aussi très varié. Bref, cessons ces vaines comparaisons et intéressons-nous aux 10 titres de ce PEAU ROUGE.

"Peau-Rouge", justement, titre éponyme (et funky) de l’album, une histoire de coup de soleil sur le crâne dégarni de R.Wan pour ouvrir le disque. En deuxième plage, le tube, le single, le clip, "Le CRS Mélomane", que l’on apprécie à la première écoute et qui nous fait danser dès les premières notes. Très drôles qui plus est.
R.Wan a envie de toucher à tout, on sent qu’il s’éclate sur les divers styles qu’il apprécie. Il développe une touche Gainsbourienne (Maudit Sort), il rend hommage au rock (Américaine), explore toujours le rap (Mélodie en Sous-Sol) et le rend poétique (Trois Fées). Il touche la corde de la sensibilité et de l’invitation au voyage (Le Papier d’Arménie) et se la joue même crooner (La Marge). Vous voyez, beaucoup de corde à son arc. D’autant plus que l’ensemble reste cohérent, car ce sont des nuances et non pas des changements de style radicaux.

 

Le Renaud des temps modernes

 

R.Wan, c’est un peu le Renaud des temps modernes. Beaucoup d’humour, des paroles  à la fois fines, proche de gens et un langage de la rue. Un petit côté engagé (mais pas trop), une bonne gueule et la gouaille parisienne. Dans cet album, R.Wan nous chante un morceau décalé (Julie), dans le genre des chansons de fins d’album des vieux Renaud… Et pour ceux qui ne connaissent pas encore cette magnifique adaptation de "Laisse Bêton" signée R.Wan, on vous remet un lien à voir (à entendre) absolument.

Et si vous voulez le voir absolument en live, ça tombe bien, il est en pleine tournée et sera du côté de chez nous le 3 mars à l’Usine à Gaz de Nyon.

 


Un commentaire

  1. Je ne peux pas m’empêcher de penser à ma banlieue (rouge) quand j’écoute Rwan et ce putain d’accent parigo, qui est magnifique et à mon sens bien plus chouette que cet immonde accent valaisan. Si quelqu’un a un problème avec ça: FUCK.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page