Home » Chroniques CDs » Interpol

Interpol

A Fine Mess

ROCK - Interpol joue les prolongations de Marauder avec la sortie d’un nouvel EP disponible depuis le 17 Mai. Alors est-ce que les new-yorkais en avait encore sous la pédale (à effets) ?

Bon alors Josiane, on ne va pas se mentir, quand je vois qu’un nouvel EP d’Interpol est sorti, j’ai tout de suite en tête ce rock merveilleusement froid, tellement glacial qu’il en devient brulant, rempli de mélancolie et de riffs de guitare aiguisées comme des rasoirs. Je repense à la claque que j’avais pris quand ils étaient venus défendre TURN ON THE BRIGHT LIGHTS au printemps de Bourges en 2003 et qui m’avait rendu immédiatement fondu, voir confondu, de cette néo cold-wave et de leur 1ère pépite. Depuis les disques s’enchainent au rythme aussi régulier que celui de la batteuse des Shaggs et c’est à peine 5 mois après la sortie de Marauder que les new-yorkais nous reviennent avec un EP issu de ses sessions d’enregistrements.

Je ne vais pas m’attarder sur tous les morceaux d’A FINE MESS : on retrouve spontanément le son d’Interpol, poli, feutré et toujours aussi singulier. Non Pénélope, j’ai juste envie de te dire d’écouter directement le morceau éponyme et tu vas me dire que ça tombe plutôt bien car c’est le 1er morceau, comme quoi c’est bien foutu parfois. 

Les dandys new-yorkais seraient-ils devenus des saute-au-bock grossiers au point de zapper les préliminaires ? On est bien parti pour, tellement Paul Banks et sa voix saturée nous accroche l’oreille sans détour accompagné d’une guitare acérée. La batterie ne se fait pas prier pour emboîter le pas et on a l’impression que ce titre a été composé de plusieurs parties, dans le seul but de les éparpiller façon puzzle. L’énergie est communicative et le morceau est taillé pour enflammer un live. Le morceau se termine aussi brutalement qu’il t’a emporté au départ et on en redemande.

Sauf que A FINE MESS – EP, sans être mauvais, reste assez inégal et on reste (un peu) sur notre faim après la bombe du début.

On en vient à regretter d’avoir rangé le salon trop tôt, parce que si c’était ça « un beau bordel », j’aurai préfèré ne pas toucher à l’aspirateur…

Check Also

The Raconteurs

Les Raconteurs ont renoué le contact, il y a maintenant 6 mois (fin 2018) avec …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.