EMA + Dubais au Batofar

La chanteuse et guitariste Dubais, avec son look excentrique, a relevé le défi d’occuper la scène seule. Sa voix est excellente, Dubais a du coffre, mais les morceaux ne semblent pas très aboutis. La chanteuse s’accompagne d’instrus pré-enregistrées sur ordinateur qui semblent tourner en boucle, et les titres semblent toujours coupés en plein milieu, sans aucune logique ni descente instrumentale. La chanteuse a tenté d’établir un vrai lien avec le public, qui n’était pas très expressif. Dommage. Globalement, on a trouvé que son ordinateur prenait un peu trop de place, et qu’elle aurait pu exploiter un peu plus sa guitare. Mais difficile de faire des miracles lorsqu’on est seule sur scène. Le style était principalement électro donc, plutôt redondant. Rien d’exceptionnel ici.

 

Heureusement, tout est bien qui finit bien. En effet, EMA nous a transporté dans un univers beaucoup plus sombre et élaboré. Le trio est composé d’une chanteuse/guitariste, une batteuse et un violoniste/bassiste/homme à tout faire. Leur set a démarré avec « I wanna destroy » issu de leur dernier album, EXILE IN THE OUTER RING (pochette ci-contre).  L’ambiance rappelle légèrement le rock sombre et par moments psyché de Soko. Les dialogues entre la chanteuse et le public sont rares, mais amusants : «  Cette chanson parle du LSD. Vous en avez ? Cool ! Ne vous inquiétez pas, vous êtes en sécurité avec moi. » Et effectivement, le titre « Fire, Water, Air, LSD » nous amène dans une sorte de transe violente, mais très agréable, une sensation difficile à décrire ! Avec  « Breathalyzer », EMA offre une autre sorte de voyage, plutôt planant sur fond d’électro/psyché très réussi, étiré à souhait, bref on aime ! Si l’univers est carrément sombre, certains morceaux comme « Always bleeds » viennent alléger l’ambiance, et ça fait du bien. Certaines paroles étaient parlées, ce qui donnait une ambiance très intime, et collait vraiment à l'ambiance péniche. EMA possède une personnalité originale et intrigante, et bien que nous ne connaissions aucune chanson, nous avons vraiment passé une bonne soirée !

About Author

Check Also

James Hetfield de Metallica, avec son visage expressif et sa guitare électrique, rendant hommage à Lemmy Kilmister de Motörhead, qui arbore son célèbre chapeau de cowboy et joue de la basse avec son énergie caractéristique sur scène.

James Hetfield : “Lemmy Kilmister mérite sa place au Panthéon du Rock !”

James Hetfield, le légendaire frontman de Metallica, a exprimé sa frustration et son indignation face …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench