mercredi , 1 décembre 2021

Chapelier Fou

Le Messin est donc de retour avec un second opus, léger mais torturé où la dynamique est sans cesse réglée par une certaine mélancolie. Un album de facture pop, fait de contradictions mais toujours dans un esprit de cohésion totale.

De ce fait, impossible d'aborder un titre sans savoir de quoi va être faite la note suivante, de se demander quelle couleur va être ajoutée ou retirée au spectre utilisé. Sans jamais rentrer dans un surdosage d’effets superflus, Chapelier Fou réussi vraiment à nous emmener où il veut, en nous brusquant parfois mais toujours sans nous heurter.

Lisse, propre, transitions appliquées, Louis Warynski ne nous agresse pas. Et même lorsque le ton monte un peu, que cela devient plus complexes et à peine plus haché, cela reste propre et harmonieux. La succession des émotions est saisissante et sa capacité à les faire évoluer sur un seul morceau et à nous les transmettre est bluffante.

 

 

Alors oui, Chapelier Fou aime les violons et les cordes, alors oui il ne manque pas de nous le faire savoir. Alors, peut-être que pour les puristes cela peut paraitre un peu trop tendre et le manque de violence pourrait les frustrer quelques peu. Mais il serait beaucoup trop obtus de lui en vouloir, car la manière qu'il a d'intégrer ces envies orchestrales à son électro est tout simplement parfaite. Et nous aurons tout loisir de nous en assurer lors du Festival de la Cité à Lausanne les 10 et 11 juillet prochains.

Un peu trop enthousiaste, nous le sommes certainement au moment de rédiger ces quelques lignes, mais cet enthousiasme est le fruit d'une simple écoute d'INVISIBLE. Et souhaitons qu'il ne le soit qu’aux yeux d’une minorité.
 

About Damien

Check Also

Big Dez – Chicken in the Car and the Car won’t Go

Big Dez est de retour ! Bien qu’il n’ai jamais vraiment quitté nos cœurs de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.