dimanche , 23 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Bring Me The Horizon

Bring Me The Horizon

Sempiternal

Label: RCA / Sony Music

METALCORE – Si le Sheffield United F.C. joue en troisième division anglaise, Bring Me The Horizon trust pour sa part la première place du metal-core, division Yorkshire, depuis maintenant 9 ans. SEMPITERNAL est leur 4ème album, et après écoute, on peut leur dire un grand bravo! D’ailleurs, pourquoi ne pas le faire de vive voix le 21 novembre aux Docks de Lausanne ?

Depuis l’an 2000, le grand public peut lui aussi noyer sa mélancolie dans un rock violent. Plus besoin d’écouter The Bangles en apprenant qu’Audrey vous a quitté pour Nicolas…non, plus besoin. Un bon morceau de metalcore fait désormais parfaitement l’affaire et permet par la même occasion de se libérer de cette toute petite colère, de cette légère agressivité, de cette sympathique frustration qu’il peut nous arriver de ressentir dans ces moments là. Le nouveau Bring Me The Horizon remplit parfaitement ce rôle.

Deftones, Hell Is For Heroes, The Dillinger Escape Plan, Poison The Well, le Linkin Park des début parfois même, et j’en passe. Voilà les groupes auxquels la production de SEMPITERNAL fait penser dans son ensemble. Terry Date n’y est surement pas étranger, lui qui a collaboré sur les premiers albums de Deftones, avant de travailler avec Slipknot, Pantera et Soundgarden. Il existe des CV moins parlants.

Alors que retenir sur les 13 articles en vente sur ce nouvel album ?

"The House Of Wolves" = Norma Jean. Et on aime beaucoup.Pour le tube de l’album on misera sans risque sur les arrangements et les sonorités commerciales de "Sleepwalker". Efficace ! Qu’écrire sur "Shadow Moses" sinon que c’est bien métal! "Antivist" aussi d’ailleurs, où le groupe laisse ses influences punks s’exprimer. Chino Moreno chante-t-il sur "And The Snake Starts To Sing" ? Morceau à l’intensité progressive et sur lequel l’influence du groupe de Sacramento est à peine dissimulée. Quid du slow sur lequel Nicolas a emballé Audrey ? "Deathbeds", un titre pourtant prémonitoire.

Pour conclure, petite piqûre de rappelle pour les adolescents Emo avec les teintes electronica de "Crooked Young", également présentes sur "Hospital For Souls".

Voilà, voilà. Ah, et j’oubliais : pour ceux qui seront de la partie aux Docks le 21 novembre, demandez au groupe de vous offrir quelques pas de Crabcore. Ça ne fait jamais de mal.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page