vendredi , 23 février 2024

Alvin Zealot

Alvin Zealot et un groupe qui m'a marqué dès que je l'ai découvert. C'était en 2011 au Paillote festival de Morges. Il ne faisait pas beau et le public était clairsemé durant leur prestation. Quand à moi, je me suis littéralement laissé transporter par leur musique. A tel point qu'à la fin du concert, je n'ai pas hésité à acheter leur premier album.

Depuis, je l'ai écouté un bon nombre de fois sans jamais m'en lasser. Et ça fait très plaisir d'accueillir leur deuxième album, FLUX. Et ce d'autant plus qu'il va encore plus loin que le premier. La voix de Benjamin ressemble étrangement à celle de Jeff Buckley sur certains morceaux, notamment sur "Mirrors" et "Wald". Cela ne l'empêche pas d'avoir son propre style, qu'il module en fonctions des atmosphères. Quant à la musique, ça m'a fait penser un peu à The Dodos. Tous les musiciens apportent juste ce qu'il faut pour que ça sonne bien afin de créer une ambiance, mais on est jamais dans la démonstration. Les deux guitaristes sont très complices et nous livres de bien belles choses.

 

 

Les musiciens d'Alvin Zealot ont compris qu'il ne sert à rien de vouloir trop en faire, que la musique doit respirer. Cela leur permet de proposer des compositions très sophistiquées et originales, mais facilement accessibles. En plus de cela ils ont su trouver leur propre son. Trop bien cette réverbe qui donne de la profondeur.

On croirait que ces quatre Lucernois jouent ensemble depuis des décennies, alors que le groupe est très jeune. Cela ne les empêche pas d'avoir été nominé pour un Swiss Music Award. Enfin, comme j'adore ce groupe, cette chronique n'est pas forcément des plus objective. Alors découvrez-les et faites vous votre avis.

 

About Author

Check Also

Saxon – Hell, Fire And Damnation

Si le samedi 29 juin 2024, Saxon se produira en tête d’affiche de la Mainstage 2 du Hellfest, alors il …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *