mercredi , 19 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Alela Diane

Alela Diane

To Be Still

Musikvertrieb


En 2007 les amateurs de folk découvraient avec grande joie l’’arrivée d’’une petite nouvelle, à savoir la charmante Alela Diane. Le nom ne vous dit peut-être pas grand-chose, mais il y a de fortes chances que vous ayez aperçu son album THE PIRATE’S GOSPEL chez votre disquaire préféré. La jeune fille n’était pas à son meilleur avantage sur la pochette, sous ses faux airs d’Arc-en-ciel (la copine de Yakari), mais l’album fût salué par la critique et les ventes explosèrent. Un album très sombre, mais prometteur. Premier album, premier succès, tournée mondiale, et une grosse pression sur les épaules pour la suite.

Tout le monde l’attendait donc au tournant pour son deuxième album. D’autant plus que les chanteuses commencent à nous sortir par les trous de nez… N’y voyez aucune arrière pensée machiste, mais il faut admettre que depuis le succès d’Amy Winehouse, nous avons droit à un défilé de chanteuses hebdomadaire avec son lot de bonnes et de moins bonnes… Mais voilà, Alela Diane est assez intelligente pour ne pas tomber dans le piège du deuxième album. Elle nous le prouve donc avec ce nouvel opus TO BE STILL en sortant des sentiers battus tout en ne s’éloignant pas trop de ce qu’elle a accompli par le passé. Son univers folk teinté parfois de sonorités irlandaises et de country reste d’excellente qualité avec des mélodies plus qu’agréables et très paisibles.

La première partie de l’album est vraiment remarquable avec pour ainsi dire les gros tubes. On retrouve notamment “White As Diamond” en seconde plage. Accompagné d’un violon et d’une batterie, Alela joue avec sa voix et crée un univers très chaleureux. S’en suit “Age Old Blue” en duo avec le vieux chanteur folk Michael Hurley, où la mélancolie se mélange à une douceur ambiante.”To Be Still”, titre éponyme de l’album est très léger, aérien et agréable. Une belle ballade pour les grands romantiques qui sommeillent en nous tous. Nous pourrions citer la plupart des morceaux, car il n’y a pas beaucoup de déchets. La seconde partie du disque est légèrement en dessous comparé aux titres  récités, mais on retrouve de superbes mélodies et des ambiances à faire pâlir des vieux folkeux.

La sensibilité que dégagent ces ballades risque de plaire à la gente féminine. Peut-être un peu moins aux gros costauds en manque de Death Metal, encore que… Quoi qu’il en soit, le succès pointe déjà son nez, les concerts sont souvent et rapidement sold out et il n’y a aucun souci à se faire pour les ventes de cet album. Il ne peut que marcher et on risque d’entendre souvent sa belle voix sur les ondes. Espérons toutefois qu’elle ne devienne pas une chanteuse populaire qu’on prend et qu’on jette une fois que l’on est gavé de sa musique. Elle mérite sans doute mieux qu’un succès estival.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page