samedi , 22 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Audioslave

Audioslave

Revelations

Sony BMG


Audioslave sort un nouvel album nommé Revelations. Mais quelles sont les révélations que nous livre ce troisième opus ?
Tout d’abord on notera que le groupe a laissé de côté le son énervé qui était la marque de fabrique de Rage Against The Machine, pour obtenir un rock un peu plus apaisé. Ce revirement musical, qui sera peut-être décevant pour les fans de RATM, marque sûrement une nouvelle étape dans l’évolution de cette formation. En effet, cet album est peut-être le disque qui marque la fusion entre les musiciens et leur chanteur Chris Cornell (ancien Soundgarden). Audioslave trouve enfin une voix et un son communs qui feront probablement, dans le futur, oublier leurs lourdes et prestigieuses filiations.

L’album débute par la chanson titre "Revelations", les guitares sonnent telle une marche militaire rock, que la voix vient adoucir. "Original Fire" s’inscrit également dans cette ligne. Le second titre, "One And The Same", tout comme "Sound Of A Gun", "Broken City" ou "Wide Awake", est tributaire d’un rock puissant, parsemé de passages instrumentaux. Quant à la voix de Chris Cornell, celle-ci est comparable à écrin de fil barbelé. On pourrait dire que le son d’Audioslave s’éloigne de plus en plus de celui de RATM, mais avec une certaine constance mélodique et musicale qui faisait défaut aux deux anciennes formations.

Ce disque est très homogène, davantage que ces prédécesseurs, même si on peut regretter qu’il soit difficile de faire ressortir un titre phare. Un morceau fait exception à ce constat, il s’agit de "Until We Fall", une balade portée par la voix chaude de sir Cornell, qui interprète actuellement le nouveau thème musical du dernier James Bond, Casino Royale. Mais croyez bien que cette incartade ne préfigure en rien la fin d’Audioslave qui, comme le prouve cet album, n’est pas près de perdre sa licence de tuer. Bref, un disque à servir comme le Martini Dry: très frais, mélangé à la cuillère et non au shaker. Et surtout à écouter très fort sans craindre de refroidir ses voisins.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page