Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » The Pussywarmers

The Pussywarmers

My Pussy Belongs To Daddy

Voodoo Rhythm


Chronique d’une des dernières livraisons de Voodoo Rhythm par un fervent défenseur dudit label. Sauf que cette fois, il n’est pas content du tout.

 

Est-ce que c’est un gag ? D’accord, le label du Révérend Beat-Man a toujours été trash, ironique, bruitiste, je-m’en-foutiste, marrant, etc. Mais là… c’est comme si le label ressortait du fond du tiroir tous ceux qu’il n’avait pas eu le courage de signer deux ans plus tôt. Allez, ne soyons pas élitistes. Dernièrement, j’ai reçu Mama Rosin. Je n’ai pas eu le courage de chroniquer cet album cajun rock, limite folklore créole. Ici, la force du groupe réside dans les cuivres et l’accordéon. Est-ce que cette originalité est suffisante pour sortir un album ? Probablement pas. Mis à part la deuxième plage, “Dead”, original, criard mais pas énervant, avec du xylophone, le reste ? L’intro “Bonjour Madame” ? Le titre se veut burlesque : il est merdique. “I Saw The Devil” pourrait être la B.O. de Laurel & Hardy – mis à part les paroles, ça va de soi. “The Devil’s Carillon” est un interlude inutile qui a pour fonction le remplissage. Même chose pour “Summertime” : il fallait montrer qu’on possède un lap steel aussi (sorte de guitare qui se joue à plat et qui sonne autrement mieux jouée par n’importe qui plutôt que par Ben Harper). Allez, on en saute quelques-uns (y compris “Dounats”, ballade country de l’Arkansas profond, MAIS… chantée en allemand). “C’era Una Volta” commence en cacophonie pour se transformer en chant pour enfant. Et y a pas à dire : une chanson en italien fera toujours penser à Laura Pausini ou Eros Ramazzotti. Peut-être est-ce extrémiste de penser ainsi, mais le vieux con que je suis pense que le rock est fait pour être chanté en anglais. Vous connaissez de bons groupes de rock chantant en français ? Non (Indochine n’entre pas dans la catégorie des bons groupes). Noir Désir ? A la rigueur. C’est l’exception qui confirme la règle dira-t-on. Bref.

 

Ne soyons pas élitistes

 

Dernière tentative : “Bateau”. Bon. Ce qui pousse l’auditeur lambda (et même l’averti en fait…) à penser que ce morceau est bien, c’est la comparaison avec tous les autres morceaux. Il y a du piano. Oui. Cela n’en fait pas un bon titre pour autant. Même reçu gratos au supermarché parce que mes achats ont dépassé CHF 9.90, je pose la galette dans le chapeau du premier mendiant venu. Ah, il n’a pas de platine CD ? Bien fait ! Je me venge de ce qu’on m’a fait !


3 commentaires

  1. Peinture fraîche
    Ta critique est tellement acerbe qu’elle donne envie d’écouter le disque, juste pour entendre… c’est un peu comme quand il y a un panneau “peinture fraîche” t’as envie de mettre le doit pour voir à quel point elle est fraîche 🙂

  2. Evidemment, si tu t’attends à du Noir Désir ou a du Radiohead… Quelle arrogance ! Je ne sais pas ce qui te permet de parler à la place du fameux “auditeur lambda” ou même de l’averti – je pense être probablement des deux parties – mais j’ai découvert The Pussywarmers dernièrement et je les trouve bien plus originaux et tranchants que tous ces groupes pop rock à la soupasse que vous semblez idôlatrer ici. Probablement pas un hasard, je suis AUSSI fan de Mama Rosin, groupe que tu n’as même pas osé chroniquer…
    Au-delà de te suggérer l’idée de te pencher sérieusement sur les musiques traditionnelles qui sont à l’origine des inspirations de ces groupes, qui la renouvellent tout en en respectant les codes (quand tu l’auras fait, tu pourras peut-être, à mon sens, envisager de te présenter comme “auditeur averti”), je suis atterré qu’on puisse se permettre d’être aussi insultant envers une langue et un peuple entier : “une chanson en italien fera toujours penser à Laura Pausini”. Et tu dois probablement te penser le chantre du bon goût et de bien d’autres choses. Donc, on chante tous en anglais, ou en français mais à la façon de Bertand Cantat et avec l’accent de Mathias Malzieu, c’est ça ?
    Une chance : on se rencontrera probablement pas aux mêmes concerts.
    Zolg.

  3. Chroniquer un folk-waltz-brass garage band foutraque en pensant trouver du Eiffel, sûr que ca doit être perturbant. Mais de là à tailler en pièces ce groupe honnête, fallait le faire…
    Si Mama Rosin ne trouve pas grâce à vos yeux, qu’avez-vous du penser des magiques Dead Brothers?
    Franchement, citer Voodoo Rhythm dans ces conditions… autant ne pas le faire.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page