mercredi , 26 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Sizarr

Sizarr

Psycho Boy Happy

Label: Four Music Prod / Sony Music

ELECTRO POST PUNK -Sprechen Sie Deutsch? Nein ?! Kein Problem, wir werden auf Englisch in diesem Fall singen! Les quelques restes d’allemand de mes années d’écolier ne me serviront donc à rien pour apprécier la musique de ce trio made in Deutschland.

On va faire simple: qui connait Landau, petite bourgade d'un peu plus de 40'000 âmes situé en Rhénanie-Palatinat? Musicalement l’Allemagne pour les gens comme moi c'est soit Beethoven, soit Rammstein, voire la minimale de Berlin. Je pense que personne ne connait Peter Wackel, à moins de ne s’être déjà aventuré dans les couloirs humides du Bier Könnig de Majorque. Le lien entre Landau et la musique me direz vous? Réponse : Sizarr!

A l’écoute du premier morceau et on se dit: mouais… ok pour les cuivres qui donne du relief mais alors après… C'est vrai que "Run Dry" n’est pas ce que le groupe nous propose de mieux. Dans la même lignée, quelques autres titres ne révolutionnent pas non plus l’art musical. Je citerai pour preuve "Blade", "Cat Mountaineer" ou "Pocket Walt". La soupe a comme un goût de Café Del Mar/coucher de soleil/Ibiza/la femme de ma vie dans les bras d'un autre. Mais une fois sorti de là, quelle découverte inattendue que cette paire de ciseau !

Laissez moi vous le présenter sous cet angle: aujourd’hui tout le monde reconnaît la musique de Woodkid. On ne sait si c'est pour son talent ou pour Lana Del Rey mais bref il retient l'attention. Et bien Sizarr c'est un peu son alter ego Allemand, en mieux, et sans Lana Del Rey. Il pourrait passer pour un hipster de plus, (ce qu'il est peut être mais qui suis-je pour le juger? Pas encore Lester Bangs en tout cas), mais à la seconde où on entent sa voix l’air se fait comme plus rare. Pas convaincu ? Allez écoutez la superbe production de "Mulo". Deaf Sty 1, Lords Of Rock 0.

Ne ratez pas non plus le vol pour Kyoto, dont les tambours résonnent sur "Boarding Time", ou la balade au milieu des samples de "P.B.E.W". De Japon il est encore question dans les synthés de "Purple Fried". Garçon ! Remetez moi un "Icy Martini" bien frappé s’il vous plait. "Word Up" me repond-t-il en souriant !

En vrac, on pense à James Blake, Brett Anderson, ou encore Bonnie 'Prince' Billy après l’écoute de cet apfelstrudle que Landau a eu la très bonne idée de partager avec nous. Ich bin nicht satt, ein bisschen mehr bitte! Le mot de la fin : unerwartet !


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page