vendredi , 21 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Nashville Pussy

Nashville Pussy

Up The Dosage

Label: SPV / Musikvertrieb

HARD-ROCK- Nashville Pussy sort UP THE DOSAGE. La chatte de Nashville est de retour, toute en noire !

Un simple coup d’œil sur la pochette de l’album suffit pour savoir à quelle formation légendaire le groupe fait référence. C’est d’ailleurs l’intention hautement déclarée des Nashville Pussy : cet UP THE DOSAGE est tout simplement pour eux leur BLACK IN BLACK. Il est vrai que depuis 18 ans le groupe s’inspire du hard à la AC/DC. Et pourtant, cela fait bien longtemps déjà que les ricains possèdent leur propre style, un féroce hard rock bluesy. Cet album reste donc dans leur lignée, bien que Blaine Cartwright (guitare, chant) affirme qu’il est plus puissant, qu’un autre niveau est atteint et que les gens vont devenir dingues avec !

L’opus se compose de 13 titres, variés, vigoureux et envoyés.  Le début de l’album reflète une ambiance de faux live avec bruit de foule, orgue d’église, un petit rien de messe gospel. Le rock’n’roll pour les membres du groupe est bien plus qu’une religion, c’est une drogue et la composition se fait de manière organique en suivant leurs envies. Ainsi de temps en temps surgissent orgue ou mandoline de manière totalement inattendue ! On sent que la visée de l’enregistrement très fort au niveau sonore tente de s’approcher de l’énergie brute de leur live.  Tout commence avec « Everbody’s Fault But Mine » : voix vicieuse de Blaine, riffs huileux de Suys, refrains parfaitement en place, poursuivi par « Rub it to Death » qui tend adroitement et à vive allure vers Motörhead.

Il reste à noter un petit changement dans la formation : l’ancienne bassiste a dû quitter le groupe pour des raisons de santé et c’est la jeune Bonnie qui prend le relais. Donc l’équilibre œstrogène-testostérone reste inchangé ! « Taking it Easy » fait rarissime est chanté uniquement par la talentueuse guitariste Ruyter Suys, qui administre toujours de spectaculaires solos de gratte.

Le titre de l’album UP THE DOSAGE (« Augmente la dose ») ainsi que deux chansons font allusion à la drogue. Sans nier que la drogue est sujet à matière, Ruyter Suys nuance le sujet : « Ca peut s’appliquer à n’importe quoi. Ca veut simplement dire « plus ». Nous passons la vitesse au-dessus. Nous montons d’un cran. Maintenant,  c’est du sérieux. »

En tous les cas, les Nashville Pussy nous font vivre une bonne cure de jouvence rock’n’roll ! Allez-les voir en live dès que vous le pouvez ! On ne sait pas si cet album comble leurs ambitions de grandeur, en tous les cas, il file une pêche d’enfer !


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page