vendredi , 30 septembre 2022

Graveyard

Ce disque est une putain de tuerie. Trois raisons à cela : Les compos sont entrainantes, le son vous plonge direct dans une époque qui n’est plus la notre. La dynamique était placée à un autre seuil il y a 40 ans. Et croyez-le bien, aujourd’hui on se moque de nous « en puissance » avec tout ces effets de compressions qui ne rendent rien du moment dans lequel le jeu est capturé, et je sais trop bien de quoi je parle, malheureusement. Troisième raison qui fait de ce disque le truc à posséder, c’est son inimitable grain mélodique. Un disque de rock où ça chante pour de vrai me donne toujours envie de me verser un bon verre de whisky 15 ans d’âge et là j’ai eu envie de boire la bouteille (le problème c’est qu’il est un peu 15H00). Ce neuf titres de moins de 40 minutes ne laisse pas de répit à l’auditeur qui en redemande.

Voilà donc un disque qui a des burnes car, franchement, sortir ce genre de chose en 2012 il fallait oser le faire. Un titre comme "Seven Seven" nous ramène dans les Beatles voire même dans un Hendrix sous perf de redbull ! Que dire d’ "Endless Night" sinon qu’on nage en plein cosmos des années 70. Comment diable font-il pour obtenir ce son de basse ? Superbement exécuté et encore une fois, une voix d’enfer. Écoutez un peu le solo d’ "Endless" et dites-vous qu’on est en 2013 !

Signalons aussi un très bon site doté de belles images et un merch très chiadé. Allez donc faire un tour sur http://graveyardmusic.com pour vous faire une idée de ce que veut dire une bosser son image et proposer de bons goodies. À bon entendeur un disque à posséder.

Check Also

Meshuggah est (in)Immutable

TRASH METAL – Meshuggah produit peu mais de la qualité. Carré comme un emballage Ikea, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.