mercredi , 14 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Clytem Scanning

Clytem Scanning

Armada

Label: Le Son du Maquis / Harmonia Mundi

ELECTRO-POP - Cet album de la "One-woman-Band" Clytem Scanning est sorti de manière autoproduite il y a déjà plusieurs mois. La jeune artiste française ressort aujourd'hui son album ARMADA signée chez un label. Chronique.

Clytem Scanning est une nouvelle Lilith. A savoir une femme fatale parce qu’inattendue. Sa musique comme son travail plastique sont semblable à la créatrice : terriblement séduisante. Mais non de manière standardisée et « poupérisée ». Jouant sur le brouillage sa musique (d’abord et avant tout électro) est diabolique. Bien plus que dans son précédent groupe : Shane Cought. Avec ARMADA la Parisienne passe sans coup férir du minimalisme à des percussions sauvages tout en osant soudain une sorte de ballade surprenante : "Eau triste". Tous ses titres semblent marqués de veines noires  pour arracher la musique à son marbre. Elle est souvent grave mais surtout ignifugée et l’artiste n’est pas sans rappeler une PJ Harvey. Pourtant Clytem Scanning reste, avant tout et de plus en plus, proche d'elle-même. Même si dans ces assemblages on se demande encore qui est proche de qui.  Lilith déjà citée ? Eurydice peut-être ? Chaque morceau lance sa lumière sur des traces de cendre. Seul le feu peut les lire.

Des poignées d’images ressuscitent par la musique électro capable plus qu’une autre de créer l’attente et le trouble. ARMADA semble au fil de son écoute un album qui lutte contre le temps. Il offre le partage mais tout autant la solitude. Il donne aussi du fil à retordre à l’obscurité de chaque jour puisqu’elle est sauvée par la magie re-créatrice de l’artiste. Par scansions ou nappes Clytem Scanning offre un nouveau départ à sa musique et à son univers. Elle veut désormais que le monde aille un peu moins vite, un peu moins mal. Ses titres sont des soirs qui tombent. Et lorsque Paris devient un jour un peu gris toute une lumière habite le désordre de cet ARMADA pas forcément en déroute.

 

 

L’artiste est ici à sa place. Dans sa fragilité comme dans sa force. Plus qu’avec Shane Cought elle renie certaines histoires, certaines larmes, certains facilités. Le mystère est évident (d’où la référence à PJ Harvey). L’évidence est un mystère (on pourrait alors évoquer une certaine Bjork). Mais que cela ne soit pas pris pour une commodité de la conversation ou un jeu facile de rapprochement. L’éveil d’une rythmique peut, après un moment de répit, laisser le souvenir d’un amour perdu avant qu’il n’aît pu advenir. Et chaque morceau rend la fin de la nuit toujours incertaine.

 

Dans l’attente du jour elle donne une vie sombre aux traits obscurs de la vie

 

On peut donc voir l’artiste en Lilith mais tout autant en « animal nocturne ». Dans l’attente du jour elle donne une vie sombre aux traits obscurs de la vie.  Sa musique métamorphose la nuit fourmillante de visages. Le moi est nu. Mais ce moi nu n’est pas le corps. Par sa musique Clytem Scanning lui donne un autre corps plus subtil et une clarté étrange. La musique par sa variété fait surgir un obscur. L’artiste devient une pierre de lune ouvrant les portes du soleil noir. Elle noue sa voix au rêche de compositions qui ressemblent parfois à la fumée de cigarette. Comme celle qui sort du revolver qui vient de tirer. C’est donc une fumée qui tue de plaisir.

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page