Home » Chroniques CDs » Booze & Glory

Booze & Glory

Hurricane

PUNK - Ce coup-ci les enfants, je vous propose de rompre l’espace temps dans une pure déconnance. Et si je vous disais que je vous livre en avant première mes impressions sur un album qui n’est pas encore sorti et qui m’a renvoyé 15ans en arrière d’un coup de Doc Martens sans être rétrograde pour un sous ? Le groupe de punk à tendance Oï/Street-punk britannique Booze & Glory s’apprête à vous tabasser le crâne avec leur album HURRICANE dont la sortie est prévue pour le 18 octobre 2019.

Le punk rock/hardcore m’a tenu en haleine pendant 15ans voire un peu plus. J’avais lâché la rampe tandis que le label Hellcat Records commençait à ne plus proposer grand-chose d’intéressant ; et que la mégalomanie de Tim Armstrong le poussait à se prendre pour un poète, un peu avant 2010 ; pensant que ce registre n’avait plus rien à m’apporter puisque AFI se mettait à faire de la bouillasse à moitié électro et que The Distillers splittait me laissant orphelin.
Quand on m’a proposé ce disque de Booze & Glory, j’ai eu quelques réticences de retourner dans ces vieux pots dont je croyais avoir fait le tour. Et je croyais mal…
Réticences à nouveau car si j’avais apprécié les premiers opus des londoniens, je ne les mettais pas en tête de mes groupes à surveiller. Les premiers albums avaient certes une bonne qualité d’écriture pour de la Oï ou du street punk, mais il manquait un petit quelque chose (pas simple d’évoluer et sortir du lot dans un registre tel que le punk où l’innovation est proscrite).

Ce qui m’a marqué d’entrée de jeu, c’est la rapidité et le rythme sautillant dès le premier morceau grâce à une batterie qui avance sans cesse, au point de ressentir une énergie très proche de celle de l’album OPERATION PHOENIX de Good Riddance qui sonnait comme un joli renouveau pour un groupe sans âge.
Le deuxième sursaut est arrivé quand mes oreilles ont capté les fréquences du clavier, instrument totalement absent sur les précédents albums et qui est une véritable plus-value pour le son du groupe qui s’est également enrichi niveau solos de transition et mélodies.
Si les lignes de basse ne sont pas encore du niveau de Matt Freeman de Rancid, elles ont clairement leur patte et ne se contentent pas de tabasser 3 notes par morceau, détail mais qui est capital quand on se met dans le punk.
Niveau guitare, on a une jolie alternance entre un son relativement tranchant comme on le trouvait dans le punk californien découlant de Bad Religion et des parties un peu plus rock’n’roll sous amphétamine.

Telle une biche prise dans les phares d’une bagnole, mes yeux se sont exorbités et j’ai repris une deuxième écoute directement après la première.
Je pensais qu’un album de punk/hardcore ne pourrait plus me bouger, j’avais tord. A l’écoute de HURRICANE j’ai retrouvé mes 16 piges bercées par Millencolin, NOFX, Good Riddance, Swingin’ Utters, The Distillers et Rancid.
Pour essayer de me rassurer, je me suis mis à lire les paroles en me disant que le discours cliché du punk me rebuterait, moi, mes 34 piges et mon arthrite précoce… encore une erreur. Les textes sont fluides, bien écrits et ne se dévoilent qu’à moitié (bon ok, au 3/4, c’est du punk, merde !).
HURRICANE de Booze & Glory est ainsi une bonne surprise doublée d’un bon album. On y retrouve tout ce qu’on peut aimer dans le registre du punk, on y entends un bon approfondissement de son d’un groupe qui fête ses 10 ans et on se prend facilement à chanter en cœur les parties où les mecs braillent à l’unisson.
L’album est produit par Mathias Farm issus de Millencolin, et ça s’entend vachement, pour le meilleur au détriment total du pire. Bon dieu que ça bouge pendant 11 titres (le 12ème « Too Soon » étant une sorte de balade punk bien sentie).
Même le morceau écrit en l’honneur de l’équipe de football West Ham United (« Three Points » m’a accroché avec sa ligne de guitare joviale à la « We’re Coming Back » par Bouncing Souls).

Courrez dès le 18 octobre 2019 vous procurer cet album, mes bichons. Si le slogan « Punk’s not dead » m’a toujours fait pouffer de rire, il s’appliquerait à juste titre à cet album qui pourrait vous inviter à explorer ce registre plus profondément en étant un très bon point d’entrée.

Check Also

Twin Peaks

“It feels like years” .. comme chante Georges Harrison dans “Here Comes the Sun” sur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.