lundi , 24 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » The Raconteurs

The Raconteurs

Broken Boy Soldier

XL Recordings - Musikvertrieb


 

"De quoi serait donc capable Jack White sans Meg ?" vous demandiez-vous (ceux bien sûr qui n’auraient jamais entendu The Go, ex-combo du frontman des White Stripes, excellent par ailleurs). Bien sûr, la réponse à cette question était plus probable de voir le jour que Meg White montant son propre combo.

Ne vous attendez pas à un disque des White Stripes – quoi que: ils nous ont bien surpris avec leur dernier opus ! – mais à un rock bien moins revival que les Stripes mais tout aussi frais ! Car si l’intro de "Steady, As She Goes" est surprenante musicalement, le reste du morceau ravira tous les fans de rock alternatif américain des nineties. Puis, ce titre laisse la place à un "Hands" très Weezer.

Evidemment, vous vous dites que tout au long de cet album, le fan lambda des Blancs et Rouges se rendra bien vite compte des similarités entre ceux-ci et ce groupe-là (jouée à un instrument, "Broken Boy Soldier" aurait très bien pu figurer sur le premier album des Stripes). Erreur ! Car si le groupe nous sert ce qu’on a bien envie d’entendre jusqu’à la plage 4, ils nous surprennent largement à partir de "Together". Ce titre quelque peu guimauve trouve son charme à condition de ne pas en abuser. "Store Bought Bones" par contre est déjanté, sonne limite comme du Emerson, Lake & Palmer lancé à grande vitesse, nous écrabouillant tout en nous vomissant un solo bien sale et tempêtueux ! Bien différent des premiers titres, il reste dans l’esprit malgré tout. Vous êtes en train de vous dire que cette dernière phrase ne rime pas à grand chose. Mais, figurez-vous, on a cette curieuse impression d’incohérence et de cohérence quand-même à chaque écoute, car Broken Boy Soldier n’est pas le genre d’album à se vautrer dans son style bien acquis ou à tâter du tout-et-n’importe-quoi sans trop y penser. Bien au contraire.

Enfin, théories élitistes que tout ceci ! Vous vous demandez : "Est-ce un bon album, oui ou non, bordel ?" La réponse est oui, "bien évidemment" serait-on tenté de rajouer. En tout cas, vous le ressortirez probablement encore longtemps.

P.S. Si par contre quelqu’un prend son pied à l’écoute de "Call It A Day", il/elle est prié(e) d’en informer la rédaction…

Une sélection Lords of Rock:

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page