Face-à-face entre Lords of Rock et Lords of Altamont. Nous leur avons donné les pleins pouvoirs. Dix questions-réponses pour un monde meilleur.

Lords of Altamont

Après un concert d’anthologie, l’un des meilleurs groupe de rock and roll vivant nous reçoit pour un instant privilégié. Actuellement sans label et après avoir viré leur tour manager à Milan, les Lords of Altamont  ne sont pas dans leur meilleure forme. Mais c’est avec un grand sourire et beaucoup de gentillesse qu’ils nous ouvrent les portes de leur monde. Sans vouloir les monopoliser trop longtemps, nous leur dédions un interview short and painless. Ensuite, une horde de spectateurs transis les attend avec cds et t-shirts à dédicacer. The show must go on.

My Lords, quel style de musique aboliriez-vous?
Le hip-hop et tout le rap qui existe. Ce n’est simplement pas de la musique!

My Lords, que légaliseriez-vous qui n’est pas encore légal?
La nudité!

My Lords, à qui imposeriez-vous votre musique quotidiennement?
À tous les malades mentaux.

My Lords, qui est votre roi?
Il n’y a qu’un roi: Elvis

My Lords, quelle sera votre prochaine décision?
Ouh la… d’être quelque chose entre le rock et le roll. Oui! Nous sommes le and de rock and roll!

My Lords, qui devrait payer plus d’impôts afin de vous faire gagner plus d’argent?
Notre maison de disques et notre tour manager!

My Lords, votre armée part-elle en guerre?
Oui, contre les chrétiens et le mauvais goût vestimentaire.

My Lords, quel était votre dernier choix démocratique?
Celui d’avoir un meilleur hôtel.

My Lords, si vous deviez choisir de un ou plusieurs nouveaux lords, qui seraient-ils?
Stiv Bator
et  son groupe The Lords of the New Church, évidemment!

Check Also

Un quart de Johnny Mafia en interview !

INTERVIEW – C’était à la fin de l’été, Sens rencontrait Orléans, le garage bourguignon s’exportait …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.