Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » BBR

BBR

au Bad Bonn


Nous revoici, comme l'aurait dit Jerry Lee Lewis, ''at the most fabulous and I mean really swingin Bad Bonn.'' Une des programmations les plus improbables dans un endroit qui l'est encore plus. « Where the fuck is the Bad Bonn ? », c'est exactement la question que l'on se pose en arrivant dans l'imposante gare de Düdingen, et ce, trois fois de suite à cause de cette satanée programmation. Jugez plutôt : Le 28 mars, de l'ultra nerveux avec Fu Manchu. Le 2 avril de l'über mythique avec Lee « Scratch » Perry et le 9 avril donc, Black Box Revelation. Black Box Revelation, le power duo Belge qui revient en Suisse pour ce que l'on pourrait appeler une tournée pre-troisième album. Après le fabuleux « Set you head on fire » en 2007 et le plus décevant « Silver threats » l'année passée, le troisième opus des belges s'annoncent plus que crucial. Effectivement, pas facile de se renouveler pour un power duo qui visiblement n'a pas l'attention de changer de set up. Pour ce qui est du show, Dries frappent toujours avec autant de force sur ses fûts et son groove s'approche à des moments à une frappe Bonhamienne. Jan est tout autant efficace, son son est relativement impressionnant, du fait qu'il couple un ampli basse à son vieux Vox AC-30, meilleur moyen de parer au manque de basse en live. Son jeu se résume à des riffs plus que percutants et une maladresse presque touchante sur certains solo : « Merci mon ami pentatonique ». Le tout reste pourtant terriblement bon et transcendant, comme à chaque fois que l'on se retrouve dans la même salle que ces deux-là ! On aura même remarqué des sons bien plus lourds que d'habitudes, limite stoner voir Black Sabbathiens. Espérons que cela soit une bonne prémonition pour le prochain album. Black Box Revelation est sûrement le plus mauvais des meilleurs groupes du moment ! (Et c'est un compliment). Bref, une fois de plus l’expédition « Bad Bonn » à la recherche du rock perdu, à encore valu la peine. Réjouissons-nous encore plus de refouler la terre sacrée pour l’édition 2011 du Killbi.    

Photos : Mehdi Benkler // www.mehdibenkler.com

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page