lundi , 24 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Sexy Sushi

Sexy Sushi

Marre Marre Marre

Label Maison / Disques Office

ELECTRO-CLASH L’album des Sexy Sushi MARRE MARRE MARRE n’est pas une nouveauté, mais cette réédition chez Label Maison valait un coup de projecteur tant le groupe est surprenant, dérangeant, provocateur et sans limite… bref, tout ce qu’on aime !

Comment expliquer le concept musical et scénique du groupe Sexy Sushi ? Bon, le côté musical est vite résumé : vous prenez une bonne dose d’électro, les samples, les synthés, les bruits bizarroïdes et tout le reste, des bons rythmes pour que ça bouge et qu’on démonte tout dans son salon, vous rajoutez des paroles crues, rebelles, dérangeantes, provoc et vous obtenez un magnifique Sexy Sushi. Ce duo français n’est pas inconnu dans les archives de Lords Of Rock. Car en effet, on retrouve la chanteuse Rebeka Warrior, Julia Lanoë de son vrai nom, qui joue aussi dans le groupe Mansfield Tya (chronique ici). Elle est accompagnée cette fois-ci de Mitch Silver, personnage aussi atypique et danseur un peu fou. Ce duo sévit déjà depuis quelques années et compte quelques albums et démos à leur actif. Pour ce qui est du côté scénique, la provoc et l’originalité sont les mots d’ordre. Si les premiers rangs ont la chance de voir de près la poitrine de Rebeka, ils risquent aussi de recevoir un pied de micro ou un crachat sur la tronche. L’énergie déployée sur scène et l’originalité du concept permettent aux spectateurs de voir quelque chose de vraiment différent.

 

Les paroles souvent limites tournent beaucoup autour d’un univers festif ou sexe, alcool et drogues se mélangent pour un cocktail explosif

Et cet album alors ? A l’intérieur de la pochette, on peut lire que cet album est un medley de leur moins bons morceaux et que sans nous (public, fans etc..) rien de cela n’aurait pu, tout est donc de notre faute. Le ton est donné. Si la musique électro de Sexy Sushi n’a rien d’extraordinaire (soyons honnête), les paroles valent le détour. "Sex Appeal" s’en prend par exemples aux fliquettes. « Le Sex Appeal de la policière, me fait mouiller devant derrière ». "Princesse Voiture" joue la carte de la provocation sur le thème de la conduite extrême en état d’ivresse « J’peux rentrer dans une famille, rien qu’d’y penser je jouis facile… J’suis la princesse de la voiture, appelle moi si tu veux conclure avec ta vie avec ta meuf ou si tu veux buter du keuf ». Chaque titre est plus barré que l’autre, les paroles souvent limites tournent beaucoup autour d’un univers festif ou sexe, alcool et drogues se mélangent pour un cocktail explosif. "Faukjaretdeboire" , "Rien à Foutre" et "Petit PD" (un des meilleur titre) bouclent cet album étonnant.

Attention toutefois, à ne pas mettre ce disque dans les mains de n’importe qui. Du second et du 10ème degré sont nécessaires pour ne pas être trop choqué. Et encore ! Le gout du risque, de l’extrême et de la provocation est indispensable pour rentrer dans l’univers torturé des Sexy Sushi. Le format album est bien sympa, mais nous restons persuadés de la nécessité de voir le groupe en live pour comprendre véritablement le concept Sexy Sushi. Car n’importe quoi peut arriver en live avec ce groupe. Entre les déguisements, les danses, le bordel sur et hors de la scène, on ne sait pas sur quoi on va tomber. Pour l’anecdote, le duo utilisait en live une roue (de tombola, une roue de la fortune) pour choisir les chansons. Le public pouvait donc entendre 4 fois le même morceau ou alors le concert pouvait durer 3 minutes si la roue s’arrêtait sur la case banqueroute… C’est ça l’esprit Sexy Sushi !


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page