Vous êtes ici : Accueil » Concerts » Sonisphère à Bâle

Sonisphère à Bâle

Bâle

St. Jakob-Park, Bâle (CH), vendredi 4 juillet 2014

REVIEW - La tournée du Sonisphère s'arrêtait à Bâle vendredi dernier. L'occasion pour nous d'aller vérifier si Metallica est toujours le plus grand groupe d'heavy metal de tous les temps. Malgré la pluie.

L’heure de l’apéro a été plus forte que les norvégiens de Kverlertak. Et oui le temps d’arriver au stade sous un soleil de plomb, de se désaltérer un chouilla, de prendre quelques clichés d’ensemble, de se dire qu’enfin voilà un stade rempli par des longs poils plutôt que ces crêtes à rat de footballeur et… ils avaient disparus. On leur fait confiance, ils ont du faire ce qu’il fallait car à l’arrivée l’ambiance était chaude et bon enfant !

Ce sont donc les australiens d’Airbourne qui nous ont mis en jambe sous une chaleur écrasante. Des riffs dévastateurs et un show tout à fait à l’américaine : cheveux longs suants et torses nus poilus…Un air de famille certain avec Iron Maiden. La formule fonctionne à merveille, le public est séduit et transpire à grosses gouttes.

Le stade met encore un peu de temps à se remplir et est toujours plutôt parsemé de T-shirts noirs et tatouages pour Alice in Chains. On a alors un léger doute est-ce vraiment sold out ? Et où sont-ils tous ? Devant leurs écrans ?!?

En attendant la masse, le groupe de Seattle enchaînent tranquillement ses tubes des années 90, on peut regretter le son un cran trop haut qui depuis la fosse donne un rendu vraiment moyen.

Et ça y est, on se retourne, 20h les gradins sont presque pleins ! Magique ! La foule a débarquée ! Tous prêts pour le mythique groupe de San Francisco. L’originalité du show réside dans le fait que les fans peuvent choisir au préalable en grande partie les titres interprétés par le groupe : Metallica by request. En plus de cela, certains ont eu le droit de monter sur scène et d’annoncer des titres au micro. Et le groupe se réserve le droit de choisir aussi des nouveaux titres inédits. Pour la première fois de sa carrière, le groupe rend donc un hommage particulier à ses fans et introduit une expérience interactive de concert. Bel esprit ! Bien sûr, les chansons phares ont été sollicitées. Le tiercé gagnant est lancé avec « Battery », « Master of Puppets » (qui a obtenu le plus de suffrage) et « Welcome Home (Sanitarium) ». Les guitares se déchaînent avec « Ride The Lighting », « The Unforgiven », « Creeping Death » et le tout nouveau « Lords Of Summer ». La foule frémit, en transe face à cette somptueuse entrée en matière.

Devant une telle énergie et des hits comme s’il en pleuvait, la météo se déchaîne sans crier gare. Le public tellement absorbé par ce son massif, n’a rien vu venir. La nuit tombée, l’orage s’abat soudainement pendant « Sad But True ». Le public est saisi, le temps imite la puissance du son. Et la pluie ne s’arrêtera plus jusqu’au final. Peu impressionné, les membres du groupe n’hésitent pas à mouiller leurs guitares et T-Shirts, en arpentant des rampes au milieu de la foule. Le public de la fosse reste d’ailleurs aussi torse-nu-chantant- dansant, trempé mais fasciné avec « Fade To Black », « And Justice For All » ou encore « For Whom The Bell Tolls ».

C’est alors que Metallica sort ses lasers et animations sur écrans géants avec « One ». Des coups de canons qui résonnent avec les éclairs qui transpercent la nuit, quel bel hommage quand les rayons de ciel s’y mettent aussi ! Puis c’est un enchaînement impressionnant avec la reprise de « Thin Lizzy », « Whiskey In The Jar », et les titres radiophoniques « Nothing Else Matters » et « Enter Sandman ». Le spectacle est explosif et inouï et se clôture avec une dernière grosse tranche de rappels avec « St.Anger », « Orion » et « Seek And Destroy ». Le rouleau compresseur bien huilé est passé.

Metallica reste sur scène même après les dernières notes pour saluer les spectateurs, ces rockeurs démontrent encore une fois qu’ils sont fair-play dans l’âme. Leur passion et leur attitude sans compromis les placent en haut de l’échelle, intouchables. Ils sont, comme l’éclair, feu céleste puissant et d’une redoutable rapidité, d’une force déchirante ! 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page