mardi , 18 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Shearwater

Shearwater

Fellow Travelers

Label: Sub Pop / Irascible

INDIE-FOLK-ROCK - Pour ce neuvième album en moins de 15 ans d’activité, les Américains de Shearwater ont décidé de se faire plaisir avec des reprises. Ils reprennent des groupes et des artistes qui les ont accompagnés sur la route. Set-list étonnante et hommage majestueux.

Shearwater c’est de la musique intelligente. Lorsqu’on écoute les albums des texans, on sent que les mecs en ont dans le ciboulot et qu’ils reproduisent une musique qui vient du plus profond de leurs tripes (ou de leur cerveau en l’occurrence). Il y a quelque chose de noble, une classe naturelle qui émane de leurs morceaux. Et même lorsqu’ils s’attaquent à des reprises, leurs pattes, leur touché est incroyable. Ils se réapproprient les morceaux d’une façon magistrale et arrivent à faire un disque qui pourrait être unique et complétement cohérent. On ne va pas s’étendre jusqu’à un concept album, mais les titres choisis et remodelés à la façon Shearwater s’enchainent si naturellement qu’on pourrait croire qu’ils ont été composé par la même personne.

Après un titre d’introduction, l’imposant "I Luv The Valley Oh !" s’impose déjà comme un des moments forts du disque. La voix de Jonathan Meiburg est posée, moins barrée que l’original (Xiu Xiu), mais tout autant bizarre sur les strophes en français. Le morceau de Coldplay "Hurts Like Heaven" devient clairement plus agréable en version Shearwater. Un peu plus lent, mieux arrangé, on redécouvre un titre à priori moyen de Coldplay. Pas le temps de rêver que le groupe s’oriente déjà vers quelque chose plus psychédélique avec "Natural One" de Folk Implosion. Deuxième moment fort du disque. "Cheerleader" qui est à la base un chouette morceau de St-Vincent, gagne encore en musicalité avec la touche des Texans. Cette capacité à s’approprier les morceaux est déroutante. Shearwater a choisi des morceaux vraiment particuliers et l’on (re)découvre des petits bijoux comme "Tomorrow" de Clinic qui vaut aussi la peine d’être entendu dans sa version originale. Pas besoin de dire que la version Meiburg & Cie est aussi une réussite.

De par sa tradition folk, le groupe propose aussi quelques morceaux très calmes comme "Ambiguity", "Mary is Mary" ou encore "A Wake for the Minotaur" qui a été écrit par Jonathan Meiburg. Il est accompagné pour l’occasion par la chanteuse New-Yorkaise Sharon Van Etten. Un titre doux qui aurait pu figurer sur un album de Jeff Buckley, tant l’influence et les sonorités nous font penser au chanteur disparu trop tôt. L’album se termine sur une reprise de The Baptist Generals, un autre groupe texan aussi signé chez Sub Pop que l'on avait adoré l'année dernière.

Si nous ne sommes pas toujours adeptes des albums de reprises (N’est-ce pas Scott Matthew ?), aujourd’hui, il n’y a vraiment rien à redire sur ce disque de Shearwater. Il n’y a qu’à dire « Merci » et applaudir. Et pour applaudir en face de Mr Meiburg, il suffit de se rendre au Fri-Son le mercredi 7 mai. Aurons-nous droit à ces reprises ? Rendez-vous à Fribourg !


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page