mercredi , 14 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Pale Grey

Pale Grey

Best Friends

Label: Jaune-orange / Disques Office

INDIE-POP - Après un premier EP sorti en mai 2011 et une soixantaine de concert, dont des co-plateaux avec des têtes d’affiches et des festivals dans l’Europe, le groupe belge Pale Grey débarque en Suisse avec quelques concerts, avant de repartir avec un agenda bien chargé. De quoi présenter sur scène leur univers et leur premier album, dont l’enregistrement a débuté en 2012 dans leur home studio.

Avec leur single "Seaside" en playlist sur plusieurs radios belges, mais aussi sur BBC radio 6 music, le groupe Pale Grey a de quoi trouver des couleurs plus joyeuses, comme l’image que donne leur single. Début 2012, le groupe s’était enfermé dans son home studio, comprenant un choix de matériels assez vaste (dont des claviers vintage) ne pouvant que leur donner de grandes possibilités sonores. Le danger premier d’un choix de matériel est de se laisser envahir par la technique et en oublier l’essentiel : la musique. Mais pas d’inquiétude, ici ce n’est qu’un moyen pour s’exprimer ou, devrais-je dire, laisser s’exprimer la musique. Tour à tour vintage (Spiral) ou plus moderne (Milopoy), le groupe vogue entre indie, électronique et hip hop. On notera que, malgré un large choix de sonorités, le groupe mise avant tous sur ses lignes mélodiques comme fil conducteur de ses compositions, plutôt qu’une musique basée sur un travail sonore (bien qu’il y ait des passages dans ce genre). Notons que même si les effets ne sont pas novateurs, ils sont utilisés à bon escient, sans démonstration, et dans un but musical. Ils contribuent à donner des tons différents à chaque moment, sans lui donner un coté répétitif mais sans passer d’une couleur discrète à une autre couleur fluo faisant tache. Tout en nuance, tout en subtilité….

L’album baigne dans de très nombreuses influences, qui, toutes mélangées, finissent par leur donner un style, comme quand on mélange plusieurs couleurs, et qu’on en obtient une nouvelle. Certes, ce n’est pas une nouvelle couleur primaire, mais admettez qu’il n’y a pas qu’un gris clair, plutôt un tas de nuances, que chacune des chansons de ce disque contribue à dépeindre. L’album utilise une large palette de sonorité, mais aussi de sentiments musicaux, du sentiment léger et dansant (Wolf) à celui plus réservé et personnel (Homeland).
Pour un premier album enregistré dans un home studio, parlons d’une belle réussite technique et musicale. Pale Grey a trouvé son style et maitrise son affaire. Le résultat est un très bon premier album, montrant une large collection de peintures musicales.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page