mercredi , 19 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Interviews » Burning Sound

Burning Sound

Rock On, Switzerland !!!


En quelques mots, peux-tu nous décrire le concept du label Burning Sound Records ?

En fait, Burning Sound est une association à activités multiples. On fait du booking, de la distribution de disques (Burning Sound Distribution), de la production de disques (Burning Sound Records), on organise des concerts à travers la Suisse, on est aussi un team de Dj’s (DJ’s from Burning Sound Records)…
Le but de l’association est de mettre en place une structure efficace qui permet aux musiciens de se produire ailleurs que dans leur région, d’enregistrer un disque, de paraître sur des compils, d’être distribués. Pour ce faire, Burning Sound organise des concerts à travers la Suisse avec différents groupes suisses et étrangers, cherche des contrats dans les clubs, enregistre, produit et distribue de plus en plus de groupes.
Pour l’instant, la ligne directive de Burning Sound est le Rock’n’Roll, Garage, surf, blues-trash, electro rnr, etc…
L’idée première est simple: rassembler les compétences de chacun afin d’être plus crédibles.
Je sais pas si tu joues dans un groupe, mais finalement on fait tous les mêmes démarches… chercher des dates de concerts, faire un dossier de présentation pour démarcher les clubs et festivals, trouver un studio pour enregistrer une démo, enregistrer un album, faire des affiches, faire un site web, etc…
Et à force, tu remarques vite que le "copinage" et le fait de connaître des gens dans le milieu musical te facilitent la tâche….
Un exemple: un programmateur t’appelle pour booker un concert: pour X raisons tu ne peux pas faire ce concert avec ton groupe… alors tu lui donnes le contact d’un autre groupe que tu connais qui correspond à son style de programmation. Deux mois plus tard le groupe que tu avais "pistonné" cherche une première partie pour un de leurs concerts…  Ils vont penser à toi pour jouer en première partie.
Donc si tu "collabores" avec d’autres groupes, je pense que tu te fais plus rapidement et facilement des contacts…
C’est la même chose pour la distribution de disques. Du moment que tu fais la tournée des disquaires pour vendre tes disques pourquoi ne pas prendre les disques d’autres groupes??? Déjà, quand t’arrives chez un disquaire avec plusieurs disques de différents groupes on te prend un peu plus au sérieux. Cela veut dire que tu proposes quelque chose de plus concret que si tu débarques avec  le disque de ton groupe du fin fond du jura pressé à 500 exemplaires…!!

C’est un peu le concept de base de Burning Sound, travailler ensemble… chaque rencontre fonctionne un peu comme un "outil"…

Comment vous est venue l’idée de créer un label ?   

Pour ma part, ça faisait déjà un moment que l’idée, de rassembler plusieurs groupes de même style musical pour faire des démos ou chercher des dates de concerts me trottait dans la tête… Comme je l’ai dit avant, je pense que si les groupes collaborent ensemble, les choses avancent plus vite.
D’où le projet des compilations: les groupes qui sont sur la compilation Burning Sound en vendent à leurs concerts. En fait, chaque groupe fait de la promotion pour les autres.

Sur quels critères vous êtes-vous basés pour choisir les groupes qui figurent sur la compilation ?

Comme je l’ai dit avant, pour l’instant le créneau musical de Burning Sound est le Rock n’ Roll et toutes ses déviances… Actuellement c’est la ligne directive du label pour diverses raisons: premièrement, parce que nous sommes (Vinz, Raph et moi) des mordus de Rock n’ Roll et qu’on joue tous les trois dans des groupes de rock. Deuxièmement, Burning Sound Records est un nouveau-né, donc il faut lui créer une identité et aussi ne pas se perdre dans pleins de genres musicaux différents… Ce qui ne veut pas dire que dans cinq ou dix ans on ne créera pas un sous-label qui produira des groupes de funk, soul, electro ou autres. Mais pour l’instant, il vaut mieux se consacrer à un style musical afin d’être efficaces dans nos démarches.

En ce qui concerne les groupes qui sont sur notre compilation, l’un des premiers critères était que tous les groupes soient suisses. L’idée était aussi de prendre des groupes "vétérans" (The Come n’ Go, Roy & The Devils Motorcycle, Guitar Fucker, etc…) et des groupes qui commencent  à faire leurs preuves (Spacies Googies, Turbotraktor, The Licks, etc…). Je pense que dans l’ensemble le cocktail a été bien réussi. À mon avis, quand tu écoutes le disque, tu ne fais pas la différence entre les groupes qui ont plus de dix ans d’expérience scénique et ceux qui n’ont que quelques concerts à leur actif. Pour moi, le but d’une compilation c’est la diversité tout en gardant une ligne directive musicale. Pour cette compilation, on a aussi eu différentes façons d’enregistrer. Des groupes ont enregistré en "live" (tous ensemble) , d’autre en "overdub" (l’un après l’autre). Pour les Come’n’Go, on a enregistré un de leurs concerts et avons sélectionné un morceau parmi leur set. D’autre ont carrément utilisé des "samples"… C’est aussi une diversité à laquelle on attache de l’importance. Mais je pense que le critère le plus important pour nous, c’est que les groupes qu’on produit nous plaisent et que nous croyions en leurs talents.

Une autre compilation est en préparation, avez-vous suffisamment de groupes ou êtes-vous constamment à la recherche de nouveaux talents ?

Effectivement, nous sommes toujours à la recherches de nouveaux talents. On passe énormément de temps sur internet à rechercher et écouter des groupes. On nous propose aussi de plus en plus de formations pour nos concerts. D’ailleurs, on n’arrive malheureusement  pas à tout booker, par manque de structures (clubs, salles de concerts,etc…) et de manque de budget. Le côté pratique de Burning Sound, c’est que nous disposons des studios (adrenochrome) de Vinz. En général, les groupes en tournée qui jouent à nos soirées sont enregistrés le lendemain avant qu’ils ne reprennent la route… Si leurs labels respectifs nous cèdent les droits, évidemment…
Pour ce qui est des groupes qui figureront sur la compilation vol.2, pratiquement tout est déjà enregistré… Cette fois, il y aura 50% de groupes suisses et 50% de groupes étrangers (USA, Suède, Espagne, France, Belgique, etc…).

Selon toi, pourquoi est-il si difficile de vivre de sa musique en Suisse ?

Premièrement, nous n’avons pas de statuts d’intermittents du spectacle comme en France ou en Belgique (même si les temps sont durs d’après les différent échos que j’ai entendu…). Ensuite, je connais peu de clubs ou de salles de concert en Suisse qui ont une programmation journalière. Et vu les fourchettes des cachets, si tu veux vivre du live, tu as intérêt à faire un à deux concert par jour… Après, tu peux aussi être musicien de studio, mais c’est la même chose, ce n’est pas évident de trouver des plans pour tous les jours de la semaine. Tu peux aussi donner des cours de musique, faire du son ou tout ce qui touche de loin et de près au milieu musical…
Je pense que tu peux t’en sortir modestement en mangeant à tout ces différents râteliers…

La scène rock helvétique a-t-elle quelque chose à envier à ses voisins européens ?

Non, vraiment pas, même si l’Allemagne cartonne grave!!!  Mais quand tu vois le nombre de labels indépendants qui se créent année après année et le nombre de bon groupes qu’il y a en Suisse, et le potentiel artistique qu’il y a pour un si petit pays, non je  pense qu’on a vraiment rien à jalouser de nos voisins. Et je ne suis pas patriote!!!

As-tu un coup de cœur parmi les quinze formations que comporte cette compilation ?

Pour moi tous les groupes qui figurent sur cette compilation devaient y être. Donc je n’ai pas vraiment de coup de cœur particulier même si j’ai quelques "péchés mignons"… Juste peut-être Mark Kelly, le chanteur du projet Mark Turbo Kelly, qui d’ailleurs est le seul étranger. Ce mec à une voix de fou furieux, à vous donner des frissons dans le dos en pleine canicule du mois d’août!!!!

Quels sont vos projets pour cette année 2007 ?

Organiser le plus de concerts possibles, produire le plus de disques possibles , essayer d’être distribués au maximum hors des frontières suisses, élargir notre catalogue au niveau de la distribution, être diffusés au maximum sur des radios, êtres chroniqués dans un maximum de magazines, trouver des subventions qui pourront nous permettre de mener à bien nos différents projets et… faire un site web crédible…

dans les prochaines sorties du label on peux déjà annoncer:

un 45 tours du one-man band Husky
l’album des Psychosocialclub
l’album de Turbotraktor
l’album des The Licks
l’album des Spacies Googies

et bien d’autres!!!

Un mot à dire en guise de conclusion à tous les fans de rock qui vont lire cette interview ?

Devenez nos amis sur http://www.myspace.com/burningsoundrecords ou envoyez-nous un petit mail à [email protected] pour recevoir de nos news!!! Rock n’ Roll Right on!!!

www.burningsound.net

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page