mercredi , 19 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Interviews » The Delilahs

The Delilahs

No tricks, no glamour : Delilahs

Little Jig


Car il faudra malheureusement encore attendre quelques temps avant l’album. Cela dit, après le petit carton de leur single Let’s Tango en 2006, le trio nous fera facilement patienter avec ce If We Don’t Shout qui propose des titres plus propres, avec même une ballade (Tide) et, on ne se refait pas, un titre très catchy: Bring Me Love Back. Muriel Rhyner, chanteuse et compositrice revient sur le déroulement de ce 5 titres et parle de ses ambitions pour le futur.

Vous avez sorti votre E.P. de cinq titres – If We Don’t Shout – en avril dernier. Comment c’est déroulée sa conception?

Muriel Rhyner Tout le processus d’écriture et d’enregistrement s’est en fait déroulé très rapidement. Certaines chansons ont juste été terminées à temps alors qu’on enregistrait l’E.P.

On sait que les promotions d’albums sont parfois éprouvantes. Comment cela se passe-t-il? Y-a-t-il des bonnes nouvelles?
Nous sommes en train d’écrire des morceaux pour notre album. Nous voulons l’enregistrer cette année déjà. Mais rien n’est encore fixé !

C’est vrai qu’avec la qualité de votre E.P., notamment Bring Me Love Back, c’est bien parti…
Bien sûr ! Nous nous réjouissons d’enregistrer un album ! Mais je suis désolée, je ne peux pas en dire plus pour l’instant.

Vous avez déjà tenté d’enregistrer un album il y a quelques temps, mais les difficultés ont été nombreuses, notamment avec votre ancienne batteuse. Sur votre site web, vous dites malgré tout que la patience a finit par payer. Avez-vous cru que Delilahs aurait pu splitter?
Non, ce n’était pas le cas. Nous n’avons pas eu de problème avec notre ancienne batteuse, nous sommes toujours en de bons termes. Nous étions et nous sommes d’ailleurs toujours en procès avec notre ancien manager, c’était cela le problème. Bien sûr, cette lutte a longtemps occupé nos esprits et nous avons perdu beaucoup d’énergie. Mais maintenant nous sommes de nouveau fortes et nous avons laissé le passé derrière nous !

Vous avez une grande quantité de concerts en Suisse allemande. Est-ce un hasard que vous ne jouez pas à Lausanne ou à Genève, par exemple?
En fait, c’est vraiment un accident. On n’a juste pas de concerts là-bas actuellement. Mais, dans le futur, c’est sûr que nous reviendrons en Suisse romande ! Nous aimons beaucoup ce coin de pays

En tant que formation suisse, de quel autre groupe vous vous sentez proches dans ce pays? Etes-vous dans une sorte de scène à Zoug, avec plein d’artistes vous entourant?
Hum, oui c’est sûr, il y a tellement de bons groupes ici. Mon groupe favori en Suisse est Züri West ! Il y a une scène à Zoug, mais pas si grande que cela
Mais mon groupe zougois favoris s’appelle Destination Rosie, ils vont d’ailleurs jouer leur premier concert en août ! Alors gardez un œil sur ce groupe, ils sont d’enfer !

Que prévoyez-vous dans le futur? Une tournée en Allemagne ou en Angleterre par exemple?
Nous voulons vraiment faire un grand album, et après on verra. Aller à l’étranger, cela serait vraiment intéressant. Bien sûr, nous nous concentrons aussi sur la Suisse. Mais je pense que l’on fera certainement les deux. Concernant cet été, nous faisons juste quelques concerts chez nous. Comme je l’ai dit précédemment, nous consacrons tout notre temps à écrire des chansons.

Finalement, que diriez-vous à un fan de rock pour qu’il achète votre E.P ?
C’est de la vraie musique fait par trois vraies filles. De l’enregistrement au artwork, tout a été sous notre contrôle. C’est donc du pur Delilahs. No tricks, no glamour. Real rock.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page