mercredi , 24 janvier 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » The Unguided

The Unguided

Hell Frost

Label : Despotz Records

DEATH MELODIQUE - Pas facile d’en dire long sur ce style musical quand on n’apprécie guère tout ce qui est bruyant, dégoulinant de sueur, et qui inspire à beaucoup des looks assez étranges. Bon, par chance, j’aime tout ça donc ça devrait aller.

Le truc un peu pénible quand je parle musique suédoise avec mon entourage, c’est que je peine à convaincre les gens que les ABBA et Ace Of Base ont été éradiqués depuis bien longtemps de Stockholm. Pire encore, durant mes années lycée où je chantais en boucle “Hate To Say I Told You So”, je passais pour un crétin aux yeux des fans de rock qui n’étaient pas au courant de l’existence de The Hives et In Flames, pourtant valeurs montantes en Suède dans les années 90. Pourtant, à l’instar de Hypocrisy, Nightwish et tant d’autres c’est maintenant monnaie courante de voir des groupes de metal du grand nord venir se faire une place chez nos disquaires entre Lady Gaga et Bruno Mars. On en finirait presque par croire que le death melodique est un tout nouveau style musical crée il y peu en Scandinavie. Que nenni.

 

 

Formés courant 2011 de 3 ex-membres de Sonic Syndicate (puis rejoints par un batteur et un bassiste), The Unguided nous propose là son tout premier album : HELL FROST. Première écoute.

M’attendant à recevoir un gros pavé dans la tronche, je suis agréablement surpris par la tranquillité de cet album. Certes, ça reste du metal, et ne plaira sans doute pas à tout le monde, mais j’appréhendais une copie d’Hyprocisy, et finalement, The Unguided est beaucoup plus abordable. On pourrait croire qu’il s’agit d’un croisement entre Machine Head pour les parties les plus énergiques, Trivium pour tout ce qui est batterie et guitare, et enfin Nightwish pour les mélodies. La chanson “Serenade Of Guilt” en est l’exemple le plus frappant. Malheureusement, aucune des dix autres pistes ne se démarque vraiment.

Même si HELL FROST s’écoute du début à la fin, on termine avec une sensation de redondance qui me laisse perplexe quand à la durée de vie de cet album. Cet album ne sera sans doute pas une pépite dont on se rappellera dans 10 ans, mais ravira coup sûr les fans de Xandria et autres.

 

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page