mercredi , 21 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Weepers Circus

Weepers Circus

N'importe où et hors du monde

Label: Boule à Zéro - L'Autre Distribution / Disques Office

POP-ROCK-FRANÇAIS – Originaire de Strasbourg, Weepers Circus est un groupe qui a déjà une longue carrière derrière lui. Les gars nous présentent leur 9ème album N’IMPORTE OU HORS DU MONDE qui est bien plus qu’un simple album.

Plus qu’un disque, plus qu’un simple album, N’ IMPORTE OÙ HORS DU MONDE est un livre-disque dans lequel on retrouve plus de quarante personnes ayant participé au projet. Certains invités se retrouvent sur le disque, comme Cali, Eddy (la) Gooyatsh, Jean-Claude Carrière, Jean Fauque et Jean Rochefort. Les nombreux autres invités (33 autres) collaborent avec leur plume en signant des textes. La liste est longue, entre auteur, journaliste, poète, philosophe, politique, historien, scénariste ou encore politologue, on retrouve du bon monde… On citera Dominique A, Juliette, Marc Lévy, Gilles Verlant ou encore Michel Rocard. Vous l’aurez compris, N’ IMPORTE OÙ HORS DU MONDE n’est vraiment pas un disque comme les autres. Ce n’est pas une nouveauté, le groupe apprécie les collaborations et les concerts deviennent des spectacles mis en scène.

Passons le côté littéraire des 33 textes et intéressons nous à la musique. Navigant entre « rock français » avec quelques  bonnes guitares et « nouvelle scène française » pour le côté festif des cuivres, le groupe prend toute son ampleur sur scène. Pour ce nouvel opus, on appréciera la belle orchestration de certains titres (La Fuite, Chronique de la Fin du Monde, Je ne suis plus un Homme), ainsi que certains mélodies efficaces et affûtées. Certains titres sont vraiment intéressants, entraînants et s’écoutent facilement. On pense notamment à "Dis-Moi" avec ses guitares et son ambiance à la Noir Déz, c’est carré, c’est propre, ça claque. Dans un tout autre genre, "Elles s’Amusent" est le petit bijou de l’album. Ce morceau avec Eddy (la) Gooyatsh a un groove jazzy et des cuivres de music-hall, c’est un pur régal et c’est un bel hommage à la gente féminine. "La Fuite" qui revient dans le rock est une sorte d’hymne qu’on a envie de chanter en cœur. On citera encore "Ailleurs" avec ce bon vieux Cali qui est un titre plutôt agréable et "N'importe où et Hors du Monde", titre éponyme qui ouvre l'album de manière mystérieuse.

 

 

Pour le reste, on ne peut pas reprocher grand chose au groupe, mais c’est vrai qu’on vibre un peu moins. N’IMPORTE OU HORS DU MONDE est à la fois une sorte de concept-album, c’est un livre, c’est une pièce, c’est un tout. Pourtant les univers divergent d’un titre à l’autre. L’objet en lui-même est magnifique avec une quarantaine de pages, des dessins, c’est vraiment plus qu’un simple album. Et pour se faire une opinion plus précise, allez donc voir le groupe en live, ils tournent actuellement à travers toute la France.

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page