mercredi , 21 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Vit’ Fait

Vit’ Fait

Les chros de l'été

VIT’FAIT – On profite généralement de l’été et des vacances pour regrouper quelques albums que l’on a pas eu l’opportunité ou le temps de décortiquer mais qui nous semblent mériter quelques lignes dans nos pages. Petite sélection à découvrir.

On avait parlé de Peace pour leur venue au Bleu Lézard de Lausanne ce printemps. Ce jeune quartet anglais d’indie rock a plutôt été bien accueilli pour la sortie de son premier album IN LOVE. Si le groupe se revendique « indie », on peut  plutôt penser à l’écoute des ces 10 titres que l’appellation « pop-rock » aurait été plus judicieuse. Rien de péjoratif, car l’album IN LOVE s’écoute assez facilement, mais les vrais fans de « rock indé briton » ne vont pas s’éclater longtemps sur ces airs légers. Moins mélodieux que The View, moins chaotique que Primal Scream, Peace s’inspire des ces revival à la mode pour surfer sur le succès. On attendra donc la suite pour avoir un avis définitif. IN LOVE est entre deux, on accorde le bénéfice du doute et on espère quelque chose de plus tranchant pour le deuxième album. Et on se réjouit déjà de découvrir le nouveau jeu de mot en lien avec le titre.

Label : Columbia / Sony Music

 

Pour s’y retrouver chez Ultra Zook c’est facile. Il y a d’abord eu un premier EP (EPUZ) et maintenant il y a le deuxième, EPUZZ. Par contre pour s’y retrouver musicalement c’est plus compliqué… Comment dire… Ultra Zook ose des trucs qui d’habitude ne se font pas. C’est un peu comme leur pochette, c’est un patchwork complétement barré. Sur un fond de musique électronique (genre vieux jeux vidéos) on trouve tout un panel d’ambiances déglinguées. Avec quelques voix souvent en chœur et hautement perchées ou un saxophone qui vire dans le free-jazz, l’expérimentation va encore plus loin. Ultra Zook tente le coup de l’originalité et y arrive plutôt bien. C’est audacieux, mais réussi. Par contre, sur la durée, c’est prenant. C’est peut-être pour cela que le groupe sort des EP.

Label : Gnougn Records / Human Feather

 

Clownage n’est en pas à son coup d’essai, le groupe avait déjà sorti une galette il y a quelques années. Toutefois, cet album TRAILS c’est un peu une nouvelle naissance. Le groupe parisien s’est éloigné de l’univers rock français du premier album pour délivrer un rock alternatif fortement influencé par la scène US (Foo Fighters, Smashing Pumpkins). Le résultat est tout à fait honnête, le groupe trouve des sonorités très modernes par moment (Tyson) et s’aventure dans diverses facettes du rock alternatif. Le désir d’expérimentation est aussi présent, le quatuor ne se limite pas à envoyer du gros son. Certains titres sont très subtils comme "Soma" ou "APO". Un groupe à fort potentiel, qui mériterait de soigner d’avantage les mélodies pour toucher complétement l’auditeur.

Label : Wheelnoiseproduction / Codaex-Believe

 

On reste dans le rock alternatif avec cette fois les Finlandais de Disco Ensemble qui n’ont rien à voir avec du post-hardcore comme mentionné chez notre ami Wiki. Au contraire, on se rapproche presque de la pop par moment. Il y a aussi une touche électro assez présente qui n’est pas désagréable. Mais c’est quand même lorsque les mecs jouent un peu plus rapidement qu’ils sont le plus convaincants (I’ve Seen The Future, Chinese Sword). Le groupe marche bien dans les pays nordique et en Allemagne, mais peine à faire sa place chez les latins.  WARRIORS est déjà le 5ème album de Disco Ensemble. Ce n’est toujours pas celui qui nous fera chavirer le cœur. On attend quelque chose de plus, ou de moins, mais quelque chose de différent.

Label : Columbia / Sony Music

 

Après la Finlande, l’Allemagne pour ce jeune combo de Munster qui délivre un premier album (THE DRAMA’S DONE) de punk rock mélodique. Idle Class est clairement dans la mouvance des groupes punk rock US, avec une batterie hyper rapide, des riffs tranchés et des chants souvent en chœur ou en alternance. Le groupe ne joue pas tout le long à 200 km/h, variant les tempos et les ambiances. On a l’impression d’avoir déjà entendu tout ça des centaines de fois, mais le punk-rock restera toujours du punk-rock et les gamins le font plutôt bien. On salue la performance de ce premier album qui trouvera probablement de nombreux fans sur sa route.

Label : Blackstar Foundation


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page