Home » Chroniques CDs » Unknown Mortal Orchestra

Unknown Mortal Orchestra

II

PSYCHEDELIC ROCK - L'excellent label Jagjaguwar nous gâte. Après l'article dithyrambique sur le dernier album de Wolf People, c'est au tour d'Unknown Mortal Orchestra d'obtenir les faveurs de nos chroniqueurs. Pour son deuxième album, le groupe americano-néo-zélandais confirme les espoirs et les éloges reçues par l'ensemble de la presse spécialisée.

Un très bel arpège vient introduire une voix parfaitement modifiée, une batterie qui s’impose peu après en donnant de la force au morceau, "From The Sun" est une merveille! « Isolation can put a gun in your head, if you need to, you can get away from the sun », les paroles sont étrangement envoûtantes. Le rythme est unique, rafraichissant, la dernière minute instrumentale permet d’enchaîner avec plaisir sur "Swim and Sleep".  La voix aiguë bien que masculine chante «  I wish I could swim like a shark » sur fond de légèreté, et nous emporte avec elle. Le morceau est plutôt indie tranquille, loin du style psychédélique d’Unknown Mortal Orchestra. "So Good at being in trouble" est troublant par les paroles : « She was so good at being in trouble, so bad at being in love», cet air psychédélique prend aux tripes, et le chanteur capable de beaux aigus pour le refrain finit de nous charmer. La guitare délicate privilégie la qualité des notes à leur quantité, et clôture le morceau avec un arpège aux influences indiennes. Sans plus tarder "One at a Time" nous emmène à l’opposé avec un morceau saturé, plus sec qui nous sort de notre nonchalance. Le funk apporte sa touche de surprise, et met en avant la diversité des influences du groupe. "The Opposite of The Afternoon" serait signé les Beatles s’ils existaient encore, le morceau déborde de gaieté en débutant avec un riff simpliste. Les deux dernières minutes seulement instrumentales terminent par des effets électroniques plutôt étranges, et quelques peu longuets. Heureusement "No need for a leader" nous réveille comme il faut: riff saturé pour le côté alternatif, avec intro psyché, voix un peu sourde et retouchée pour le côté électronique, tout y est ! Mais encore une fois, la fin instrumentale semble un peu traîner. 

"Monki" est LA touche psyché de l’album, la guitare se perd dans les recoins de l’univers pour une intro planante, le rythme doux du morceau permet de relaxer totalement en profitant de cette voix chaleureuse. Les 7 minutes sont un plaisir ! Et on continue dans l’optique intergalactique avec "Dawn", cet interlude instrumental qui semble être d’origine extraterrestre. "Faded in the Morning" nous renvoie du côté indie: beaucoup plus joyeux, le morceau est vivifiant par cette voix presque criarde. "Secret Xtians" clôture l’album sur une touche de tranquillité, la basse plutôt jazzy accompagne les riffs doux de la guitare. Cette voix toujours aigue vous mettra le sourire pour toute la semaine !

 


Check Also

Toybloïd – MODERN LOVE

Avec MODERN LOVE, le deuxième album du trio mené par Lou (guitare, chant) et Madeleine …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.