Underschool Element est de retour. Un vague souvenir me revient à l’esprit. Il y a plusieurs années, le groupe donnait un concert à l’Atelier Volant, le public semblait apprécier. J’y suis resté deux minutes. Avril 2009, à ma grande surprise le facteur me livre un exemplaire de leur nouvel album. Quelques jours plus tôt je fus surpris de réentendre parler du combo fribourgeois, je tombai sur un article dans Femina (il me semble) brossant un portrait flatteur du groupe et de son nouvel album finement intitulé LIVE ACCOUSTIC. Quoique moyennement ravis de recevoir ce cd, je le laissai de côté, pensant me faire oublier quelques semaines. Après une sévère réprimande, je dus m’exécuter et dut écouter cet album au profit d’autres artistes qui me touchent (Europe, Nightwish, Scorpions et le nouvel album de Bénabar vraiment fabuleux).

Underschool Element

underschool element

Underschool Element est de retour. Un vague souvenir me revient à l’esprit.
Il y a plusieurs années, le groupe donnait un concert à l’Atelier Volant, le
public semblait apprécier. J’y suis resté deux minutes.
Avril 2009, à ma grande surprise le facteur me livre un exemplaire de leur
nouvel album. Quelques jours plus tôt je fus surpris de réentendre parler du
combo fribourgeois, je tombai sur un article dans Femina (il me semble)
brossant un portrait flatteur du groupe et de son nouvel album finement
intitulé LIVE ACCOUSTIC. Quoique moyennement ravis de recevoir ce cd, je
le laissai de côté, pensant me faire oublier quelques semaines. Après une
sévère réprimande, je dus m’exécuter et dut écouter cet album au profit
d’autres artistes qui me touchent (Europe, Nightwish, Scorpions et le nouvel
album de Bénabar vraiment fabuleux).

Enregistré un soir de septembre 2008 dans leur canton natal, le groupe
débrancha les guitares histoire de se faire un bœuf à la ukulélé patchouli
style ! Caprice écologique, groupe de rock au bord du gouffre artistique ou
simplement envie d’aller vers de nouveaux horizons, plusieurs interrogations
me sont survenues à l’écoute de ce cd.

Composé de 11 morceaux issus pour la plupart de leurs deux opus RIEN DE PLUS et TANGO ainsi qu’une reprise des mythiques footballeurs
guerriers brésiliens Sepultura, le résultat est pour le moins surprenant. Pas
de nu-metal funky en vue mais un mélange entre chanson française et rock soft
qui franchement manque un peu de piquant. Au final, un album que chacun sera en
mesure de juger, car l’opinion d’un intolérant ne jurant que par le
hair-metal ça vaut ce que ça vaut.

About Author

Check Also

Du live façon cachemire en boucle dans tes oreilles

Vous savez maintenant à quel point j’adore les concerts, je vous emmène avec moi vous …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench