lundi , 24 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Underoath

Underoath

Lost In The Sound Of Separation

Tooth Nail Records Solid State


Cela fait maintenant quelques années que le combo américain Underoath règne de mains de maître sur la scène Christiancore. Christiancore? Qu’est-ce que c’est? C’est tout simplement de la musique violente et brutale faisant l’apologie de Dieu, “notre Seigneur”. Et contre toute attente, ce genre connaît un vif succès chez les Américains puisque nos amis Chrétiens ont tout simplement vendu plus de disques que ce très cher Lil’Wayne. Phénomène de mode ou nouveau mouvement à part entière? L’avenir nous le dira…

Désormais, parlons musique. On peut facilement sentir que le combo a évolué et mûri depuis ses débuts. Avec le temps, le groupe a enfin trouvé une identité musicale, abandonnant son deathcore/black metal un peu brouillon pour un metal core/screamo atmosphérique et bien plus inspiré. L’album s’ouvre avec “Breathing In A New Mentality”, sur une batterie déchainée et brutale qui est ensuite rejoint par des riffs syncopés et saturés de guitare. Tout cela en changeant sans cesse de tempo. Impressionnant. On poursuit avec “Anyone Can Dig A Hole But It Takes A Real Man To Call It Home” qui est tout simplement le meilleur morceau du disque. Violence et cris brutaux sont rejoints par un chant clair impeccable, ce qui illustre bien cette dualité chant clair-vocaux screamo qui sera reprise sur l’ensemble du disque et qui a le mérite de ne pas s’essoufler. “Emergency Broadcast :: The End Is Near” nous emmène plutôt vers un style post-hardcore à la fois chaotique et mystique puisqu’on rencontre des choeurs religieux sur la fin du morceau. La suite de l’album est un mélange de hargne et d’atmosphères planantes. Les deux dernières pistes, plus électroniques et instrumentales sont quant à elles de véritables odes à Dieu. Sur la dernière chanson  “Desolate Earth :: The End Is Here”, nos compères semblent même avoir trouvé le Seigneur, puisqu’on peut entendre “I found hope, I found God, I found the dreams of the believers, Oh God save us all…”.

Ce quatrième album de Underoath est une incroyable messe screamo mêlant agressivité, violence et religion. La face religieuse du combo en énervera plus d’un mais, si l’on se concentre sur la musique, il n’y a pas grand chose à redire… Si vous voulez vous aventurer encore un peu plus loin dans ce style étrange et suscitant la polémique qu’est le Christiancore, orientez- vous vers des groupes comme Norma Jean ou Drop Dead Gorgeous.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page