samedi , 17 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Trunks

Trunks

On The Roof

Label: Le Son du Maquis

POST-PUNK-JAZZY - Trunks, c'est une sorte de "super-groupe" français où l'on retrouve quelques musiciens confirmés dont la charmante Lætitia Sheriff qui a déjà fait ses preuves. Trunks, formation rennaise revient avec un deuxième album. Chronique.

Plus qu’un simple entremêlement de sons, de chaque morceau nait un nouvel assortiment de rythme et de mélodies. Une conversation  où  chacun a son mot à dire ou la parole mélodique est coupée avec politesse par un changement de rythme toujours bienvenu. A l’image de Daniel Paboeuf qui vocifère au saxophone (Screaming Idiots), il n’y a pas d’exclusion, tout le monde peut venir mettre son grain de sel. Entre éclats de rire, élans colériques et ronchonnements (Who’s my Favourite) les cinq musiciens ne manquent pas d’argument.

Le ton monte parfois, il est regrettable que la conversation laisse de temps à autre place à une cacophonie que seules de bonnes enceintes permettent de tempérer. Quand ils semblent éreintés par l’enthousiasme musical ambiant, les musiciens savent se faire plus discrets et ils laissent alors la place à la voix de Laetitia Sheriff qui apaise par ses mots prononcés presque à bout de souffle (On the Roof), avec sensualité et élégance jusqu’à relancer le débat. "Blue Dot" en est le parfait exemple allant presque jusqu’à nous faire penser à "The Kills" par ses riffs distordus accompagnant la montée en puissance de la voix maintenant énervée.

 

Dessous la table

 

La batterie très jazzy dont on devine le glissement des balais sur les cymbales, (Clever White Youths), ne se fait pas non plus prier pour mener à la baguette l’engouement rock des guitares aux riffs puissants. Chaque instrument peut retourner sa veste, la guitare ressuscite Joy Division sur "Kniee" alors qu’elle nous berce aux prémices de "Blue Dot".

Après avoir écouté l’album, à défaut d’avoir pu faire parti de la conversation, on a comme l’impression de sortir de dessous la table d’où on a entendu sans les voir, les poings tapés sur la table autant que les éclats de rire complices de ces musiciens dont  la passion découle de chaque note. L’éclectisme des origines musicales des cinq musicales nous transporte véritablement « On the Roof » et bien au-delà…

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page