dimanche , 18 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Toy

Toy

Join The Dots

Label: Heavenly Recording / Musikvertrieb

POP-ROCK – Toy c’est un peu la sensation actuelle de la scène Pop/Rock british. Après un premier album salué par la critique, une tournée mondiale et une série de concerts avec Placebo, le combo de Brighton sort JOIN THE DOTS, son 2e album en 3 ans d’existence et à peine 1 an après le premier. Que penser de ce sursaut d’(hyper)activité ?

Cet album est un fourre-tout de titres aux influences diverses : sous une grosse couche psychédélique – peut-on déjà parler de la nouvelle tendance pour 2014 ? – on trouve des touches krautrock, punk ou encore new wave. TOY s’inspire de tous ces mouvements pour développer sa musique.

L’album s’ouvre sur ”Conductor”, un instrumental envoutant de plus de 7 minutes aux grandes nappes de claviers et autres bruits psychédéliques, gros delay, une section rythmique évoquant Maserati mais sous Novocaine™. Les deux titres suivants ”You won’t be the same” et ”As we turn” s’inscrivent dans la rupture et propose une brit pop élégante mais relativement classique et sont quelque peu décevants.

Puis vient le titre éponyme de l’album “Join the dots” : mélangeant des teintes new wave et des guitares furieuses aux influences My Bloody Valentine en arrière-plan. On se laisse volontiers emmener par ce maelstrom psychédélique pendant 7 minutes. Sur ce morceau la voix du chanteur balance le texte de manière impersonnelle au milieu du tumulte des guitares qui sont dans la retenue afin de ne pas noyer la partie vocale. Et c’est certainement dans ce style que le groupe se fait excitant, limite brillant ! Contrairement aux deux titres précédents.

C’est à ce moment-là que l’album décolle vraiment. Même si certains titres se font plus légers comme “It’s been so long” ou “Frozen atmosphere”, on remarquera des titres comme “Endlessly” et “To a death unknown”. ”Left to wander” s’inscrit parfaitement dans la mouvance new-wave du groupe. On retrouve à nouveau des relents de noise rock dans “Fall out of love” clôturant l’album.

A la frontière entre le rock psychédélique, le post-punk et le krautrock, les cinq anglais offrent une musique assez similaire à leur nom : l’ensemble est assez ludique. Mais, malgré l’ensemble d’influences riche, c’est une impression mitigée qui se dégage finalement de cet album alors que leur précédent album se montrait plus radical. Visiblement le groupe se cherche encore une identité – sentiment renforcé par le côté fourre-tout des certains titres – et on lui préférera son album éponyme. Néanmoins, “Join the Dots” reste l’œuvre d’un groupe dans l’ère du temps, de bonne facture et qui donne envie de sauter dans tous les coins mais dont on peut attendre beaucoup s’ils se refusent à entrer dans une mouvance top pop !


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page