vendredi , 27 janvier 2023

Three Friends

 

Clamant toutefois être un nouveau groupe, sans aucun lien avec Gentle Giant, c’est la nostalgie qui l’emporte sur  cette tournée hommage de 2012, et la setlist est constituée uniquement de sons des Gentle Giant. Et le premier morceau est bien choisi : "Prologue", issu de l’album THREE FRIENDS. C’est le titre parfait pour nous remettre dans le bain du rock expérimental des années 1970 que l’on n’a pas connu. On enchaîne avec "Mobile" et ses influences clairement celtiques. Sur scène, les cuivres sont remplacés par un violon, et les musiciens dansent. Avec une telle expérience, ils ne connaissent plus le trac, et savourent tranquillement le moment. Tout comme "Mobile", "Just the Same" est issu de FREE HAND, leur album ayant connu le plus gros succès. Des cuivres, un clavier, on pourrait presque percevoir un côté jazz dans ce brouhaha organisé qu’est leur rock progressif.

 

 

Plus le concert avance, et plus on se demande pourquoi ils n’ont pas traversé les années comme les autres groupes phares des années 1970. Bien sûr le genre peut repousser si l’on ne connaît pas, mais tout est là : bien écouter pour apprendre à aimer. Peut être qu’avec "Pantagruel’s Nativity", l’approche est plus facile. Un morceau plus calme, faisant quelque peu penser à Pink Floyd, avec un saxophone relaxant et un synthé surréaliste. "Pantagruel’s Nativity" ressemble à un pantin désarticulé, aucune note n’est prévisible, chaque seconde est surprenante ! Le morceau est issu de ACQUIRING THE TASTE, leur meilleur album avec OCTOPUS d’après Ray Shulman, le bassiste. Le guitariste prend alors la parole pour nous annoncer que cela fait 40 qu’ils n’avaient pas joué dans cette belle ville de Rimouski. Et que son public a vieilli. Rien d’étonnant à cela, plutôt rassurant même, preuve de fans fidèles !

 

 

Retour des influences celtiques et de la jovialité avec "In a Glass House". La violoniste jongle encore facilement entre saxophone et flute, tout cela sur un rythme qui ne cesse de changer. Un style médiéval, et des cordes de violon pincées, c’est "I Lost My Head" qui résonne à nos oreilles! Sûrement un de leurs meilleurs morceaux, peut être parce qu’il est un peu moins expérimental, plus facile à écouter. "His Last Voyage", la voix aigue du chanteur et le solo de guitare nous apaisent, et il faut croire que cela fait aussi effet sur le chanteur car il passe le morceau suivant à boire une bière ! Un interlude instrumental agréable, avant d’enchaîner sur "The Advent Of Panurge", présent sur OCTOPUS. Et effectivement, on comprend pourquoi cet album est considéré comme le meilleur. Tous les morceaux sont vraiment inattendus, le rock progressif nous semble de plus en plus naturel et chaleureux ! "Playing The Game", "Proclamation", "Schooldays", "Mister Class and Quality"… Et la liste n’est pas finie ! Ce concert n’aura fait que réconforté les fans de Gentle Giant, et réconcilier les autres avec le rock expérimental !

 

Check Also

Rock en Seine 2022 : c’était bien !

REVIEW – Visiblement l’article de presse à la mode en ce moment c’est celui qui …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *