samedi , 15 décembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Thomas Fersen

Thomas Fersen

Je Suis Au Paradis

Label: Tot ou Tard / Disques Office


CHANSON Il a souvent été reproché à Thomas Fersen de faire du
Thomas Fersen. Ce 8ème album du chanteur ne va pas déroger à la
règle. Fersen fait toujours du Fersen et c’est tant mieux !

Thomas,
main dans les poches, vautré dans un vieux canapé Louis-Philippe nous accueille
à la découverte de ce nouvel opus. JE SUIS AU PARADIS. Ca tombe bien, nous
aussi. Ce 8ème album du maître Fersen va ravir les nombreux adeptes
sans toutefois les surprendre par le contenu. Le chanteur a son créneau et n’en
sort que très peu. Les mondes imaginaires qu’il décrit sont toujours remplis de
personnages marginaux et étonnants. Les titres des chansons nous donnent déjà
un indice sur l’univers de cet album. Dracula, Les Loups-Garous, L’enfant Sorcière,
Le Balafré, Parfois Au Clair de Lune ou encore J’Suis Mort nous font découvrir
un monde ou de nombreuses créatures surgissent. Thomas Fersen a-t-il puisé son
inspiration dans les vieux comptes qui font peur ou le cinéma moderne (Twilight
et autres succubes actuelles) ? Vu le personnage, on l’imagine plus
facilement avec un vieux grimoire poussiéreux qu’avec des DVD Blueray de séries
américaines. Mais nous voilà fixé avec le décor de ce nouveau disque, les
monstres et autres créatures de nuit seront les héros du moment.

 

Avec
tous ces personnages maléfiques, on pourrait croire que cet album est sombre à
souhait. Or la légèreté de Fersen se retrouve sur de nombreux titres, comme sur
le très beau Félix racontant la libido active d’un vieux monsieur. Sandra est
aussi un titre léger musicalement bien que la chanson parle de fantôme et d’une
fille qui hante le narrateur. Puisqu’on est dans les prénoms, parlons encore de
Mathieu qui est sans doute le titre le plus rock de l’album, mais de loin pas
le meilleur.

Alors
où se cachent les bijoux dans ce disque ? Le délicieux Je Suis Mort avec
son tempo hyper lent et la nonchalance de Fersen nous fait sourire. Ce titre
racontant l’histoire d’un squelette au train-fantôme est présent sur la
set-list des concerts depuis bientôt un an. En live comme en studio, Thomas
utilise un porte-voix pour ce morceau. Le Balafré nous décrit un personnage
laid à mourir, mais très sensible avec sa scie musicale. Le single Parfois Au
Clair de Lune est encore une fois très drôle, l’histoire d’un vagabond qui
s’endort sous le jupon d’une charmante dame…

La
thématique des créatures de la nuit se ressent au niveau de certaines mélodies,
comme le surprenant Une Autre Femme ou la petite musique inquiétante fait froid
le dos. Citons encore Brouillard en fin d’album qui est entrainant et plaisant
comme une bonne chanson bretonne.

Un
album typique de Thomas Fersen qui arrive se renouveler tout en restant dans ce
qu’il sait faire de mieux. Il sera en concert le 20 avril au forum de Meyrin
pour nous présenter son nouveau spectacle.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page