mercredi , 14 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Concerts » The Virgins

The Virgins

Interview

Universal


 

 

Jeune
groupe émergeant de la scène new-yorkaise The Virgins
est sans doute une des révélations de l’année
2009. Avant leur « toute première fois »
en Suisse, aux Docks de Lausanne, deux des membres du groupe, Donald Cumming
(chanteur) et Wade Oates (guitariste) répondent à nos
questions.

Lords of Rock: Alors,
toute première fois en Suisse?

Donald Cumming: Et
bien oui! Mais pour tout te dire, je n’ai rien vu! Je suis allé
dans un supermarché et jai acheté de la bière,
du fromage et du salami.. J’ai d’ailleurs appris que vous ne payiez
pas en euros ici. Mais j’espère quand même pouvoir
découvrir votre pays.

Pouvez-vous nous en
dire un peu plus sur le nom du groupe?

Donald Cumming: Il
n’y a pas vraiment d’histoire derrière… On cherchait juste
quelque chose de simple, d’efficace et qui sonnait bien.

Comment vous êtes-vous
rencontrés les deux?

Donald Cumming: La
toute première fois, c’était dans un bar je crois.

Qui vous a donné
l’envie de faire de la musique?

Wade Oates: Je ne
vais pas te déballer ma discothèque idéale, mais
dans ma jeunesse, disons que c’est principalement les Doors, Velvet
Underground
, The Ramones, Nirvana, Iggy Pop ou encore les Guns’n
Roses
.

Donald Cumming: A
peu près comme Wade, mais je rajouterais Stone Temple Pilots.
Par contre, je n’étais pas du tout fan de Led Zeppelin comme
la plupart de mes amis de l’époque.

Lorsque l’on voit vos
clips, on est frappé par le côté très sexy
de votre musique, comment expliquez-vous cela?

Donald Cumming:
Oui, c’est vrai. Mais de manière générale, nous
aimons les belles femmes. De plus, la sexualité est un des
thèmes majeurs de notre album.

Justement, vous
retrouvez-vous dans la philosophie « Sex Drugs and Rock’n
Roll »?

Donald Cumming: Non,
pas vraiment. Je pense que c’est juste un cliché de la scène
rock…

Plusieurs de vos
chansons ont été diffusées lors d’un épisode
de la série Gossip Girl, comment est-ce arrivé?

Donald Cumming: En
fait nous jouions un concert dans un club new-yorkais et une
productrice nous a remarqués et nous a ajoutés sur
Myspace. Elle nous a dit qu’elle cherchait quelque chose de nouveau
et que notre musique irait parfaitement avec la série. C’était
une opportunité incroyable. C’est d’ailleurs par ce biais que
beaucoup de gens ont découvert notre groupe.

Aimez-vous l’univers
de Sofia Coppola et avez-vous vu The Virgin Suicides?

Wade Oates: Oui,
on adore! Je crois qu’on a vu la plupart de ses films. Lost In
Translation, The Virgin Suicides bien sûr (rires), mais notre
préféré reste Marie-Antoinnette. On aime aussi
beaucoup le groupe de son mari français (ndlr: Phoenix).
Malheureusement, on a raté un de leur concert récemment.

Vous avez ouvert pour
des légendes telles que Sonic Youth ou encore Patti Smith.
Avez-vous quelques anecdotes?

Wade Oates: Pour
tout te dire, ça parraissait presque iréel. Mais
c’était un véritable honneur. On avait la chance de les
voir jouer depuis les coulisses et j’ai ce souvenir de Lee Ranaldo
(Sonic Youth) en train de bidouiller ses quatre pédales de
chorus différentes comme un fou, alors que moi sur scène
j’en ai juste une et basta.

En parlant de
concerts, quelle sont vos meilleurs et pires souvenirs?

Donald
Cumming:
Euh, je dois te dire que les mauvais sont
assez rares. Mais, on a eu une tournée incroyable en France.

Wade Oates: Moi
étrangement, mon meilleur souvenir de concert est cette date
qu’on avait jouée au Texas dans une ancienne salle de Rodeo.
La salle était pleine de paysans. Et nous, New-Yorkais, on
s’attendait à se faire insulter et se faire jeter des trucs
desssus. Mais, le public a été très réceptif
et c’était certainement un de nos meilleurs concerts. A la fin
du show, deux gars ressemblant vaguement à des Cowboys sont
venus nous voir pour nous dire qu’ils avaient adoré notre show
et qu’on était un mélange parfait des Velvet
Underground avec les Violent Femmes. J’étais surpris bien sûr,
mais surtout flatté.

Est-ce que vous jouez
des reprises pendant vos concerts?

Donald
Cumming:
Oui, bien sûr. En général, on
joue des reprises de INXS, Velvet Underground ou des Ramones.

Et quelle est la
chanson que vous préférez jouer en live?

Donald Cumming: One
Week Of Danger, notre dernier single. On s’est d’ailleurs beaucoup
amusé lors du tournage du clip, enfin comme d’habitude.

Le mot de la fin en
français?

Donald Cumming: On
est vraiment nuls en français. Les seules choses qu’on sait
dire, c’est: Ouais, Est-ce que t’as du feu?, Est-ce que t’as une
cigarette?, silvouplait et merci. Enfin juste de quoi survivre tu
vois (rires).


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page