The Monkberry Moon Orchestra

1969. Oui, je sais, année érotique… Mais aussi, la musique californienne, entre folk, soul et bubble gum, celle dont The Monkberry Moon Orchestra prétend, à très juste titre, être héritière. Pour une jeune formation suisse, on n’est loin d’un point de vue spatial comme temporel de l’époque américaine du surf, et pourtant… J’avais déjà décris ce groupe comme une friandise, c'est-à-dire que ca ne nourrit pas vraiment, mais qu’est ce que c’est bon. Loin d’avoir la prétention de changer la face de la musique, les cinq membres de ce groupe n’ont d’autre but que de se faire plaisir, et nous inviter à partager ce plaisir. Six nouveaux titres, tous aussi sympathiques les uns que les autres, aux caractéristiques typiques du groupe : son retro sixties, compositions et arrangements classiques mais bien maitrisés de la musique californienne des années 60, et surtout, énergie positive et communicative !

 







La fin de cet EP est particulièrement réussie. Le riff de "Things Don’t Ever Last", bien qu’il n’ait rien d’original est excellemment sympathique, et la mélodie de "A Beat for the Lovers" fait partie de celle qui nous donne inévitablement envie de chanter avec. On pourrait résumer ceci par … ensorcelant !

En résumé, les fans des sixties ont une nouvelle friandise à se mettre sous la dent, toujours aussi sucrée, avec tous les arômes attendus et … notre sourire revient !

About Andre Meyer

Check Also

Best of… you ! #2

Vous êtes nombreux à vouloir découvrir, comme tout amateur de musique, de nouvelles pépites. Coups …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.