mardi , 18 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Interviews » The Loops

The Loops

Interview

Label: Boxton


Le deuxième album des Loops est une vraie réussite. Le groupe de Winterthur a du talent et un gros potentiel. Leur nouveau chanteur, Claudio, a bien voulu répondre à quelques questions.

 

 

 

 

Lords of Rock : Votre nouvel album BUT THE BIRDS est disponible, qu’est-ce que tu peux nous dire sur ce disque ?

Claudio : Qu’est-ce que je peux dire… Écoutez-le sur internet et achetez-le si vous appréciez ! Plus sérieusement, c’est un album de 11 titres enregistré en un jour au Hardstudios de Winterthur. Ca nous a pris pas mal de temps pour décider quelles chansons devaient figurer sur l’album. Etant donné que le style est complètement différent du premier album GET NASTY, nous voulions être sûrs que BUT THE BIRDS montre une certaine clarté dans le choix dramaturgique des chansons. Je crois que nous avons réussi à ressortir quelque chose de rond et chaud avec une ligne directrice bien définie, mais qui comporte un côté retro. Un album à écouter du début à la fin, un album qui peut te faire pleurer, frissonner, sauter ou même rire sur certains points, mais qui ne perd pas son sérieux.

 

Ou est-ce qu’on peut trouver l’album ?

Notre album est disponible sur le site www.cede.ch et la version digitale et sur iTunes. Nous espérons aussi presser des vinyles qui seront disponibles sur notre site www.theloops.com mais ça dépend encore de la générosité de nos sponsors.


Tu es le nouveau chanteur du groupe, est-ce que c’était difficile d’obtenir ce poste ?

C’était tellement facile d’entrer dans cette bande de musiciens confirmés que cela m’a effrayé au début. Un jour je suis allé dans une jam session vraiment blindée, j’avais bu pas mal de verres de rhum, fumé un max pour faire descendre ma tension. Quand j’ai été bien engourdi, j’ai choppé le micro et j’ai commencé à chanter les quelques dernières lignes de blues que je me rappelais à cette heure si tardive. Et ensuite tout s’est précipité. Je me rappelle vaguement avoir reçu un coup de fil de notre batteur qui m’invitait à venir chanter quelques chansons avec le groupe.

 

Avec les Loops on commence avec les 70’s, ensuite on va dans les 50’s pour revenir dans le temps présent

 

Le groupe a changé de direction artistique, ce nouvel album est vraiment différent. Pourquoi avez-vous changé autant ?

Je ne crois pas être responsable de ce changement. Nous voulions tous une nouvelle direction et trouver quel style correspondait au groupe. Au début on ne cherchait pas quelque chose de particulier, on ne s’est jamais dit on va faire du rock retro ou quelque chose comme ça. On a juste beaucoup joué et on a appris à se connaître et au fur et à mesure, on a trouvé des bases communes.

 

Quand j’écoute certains morceaux, Deep Purple me vient à l’esprit. Est-ce une référence pour vous ?

Deep Purple n’a jamais été une réelle influence pour moi. Mais c’est flatteur d’entendre ta comparaison avec ce grand groupe. Dans ma jeunesse, j’ai écouté beaucoup de rock dans le genre, c’est vrai. Si je dois les nommer, ce serait plutôt Led Zeppelin, Hendrix et The Doors.

 

Votre musique est influencée par les années 70’s. Actuellement la mode ou la tendance est plutôt du côté de la jeune scène anglaise. Est-ce que tu crois que c’est un peu risqué de jouer ce genre un peu vieillot ?

Je ne crois pas qu’on joue de la musique « vieillotte ». La musique est intemporelle, elle n’a pas de limite ou de frontière. Pour moi, les jeunes groupes anglais se réfère à la même musique que nous le faisons. Si j’écoute Wolfmother ou Kings of Leon par exemple, je sens que Led Zep est juste dans le coin. Et il y a des groupes comme Killers ou MGMT qui se rattachent à des groupes du même genre avec une pincée des 80’s. Avec les Loops on commence avec les 70’s, ensuite on va dans les 50’s pour revenir dans le temps présent. Au final, une tendance reste une tendance et je crois que les groupes ne devraient pas faire de la musique pour suivre un mouvement ou une mode. Parce qu’avant qu’ils soient écoutés par une grosse audience, ils seront étiquette comme la pale copie d’un vieux pionnier mort.

 

Quel genre de musique tu écoutais à l’adolescence ?

Beaucoup de groupes rock et progressifs, surtout Spock’s Beard dans leur début, King Crimson, Pink Floyd. Ensuite le folk et la chanson avec Tom Waits, Dylan, Captain Beefheart et ensuite tout à coup je me suis découvert une affinité avec le blues rural des 20’s. Avec Lightnin’ Hopkins et Sonny Williams II.

 

 

 

 

Est-ce que c’est possible d’être un musicien de rock en Suisse ?

Naturellement que c’est possible. Bien-sur, je ne crois pas que la Suisse soit une grande place de marché pour vivre en tant que musicien de rock. Mais la Suisse offre beaucoup d’opportunités pour jouer dans des lieux et pour créer des groupes indépendants. Je ne connais pas de vraies rock stars qui viennent de la Suisse. La vraie star semble être morte depuis la naissance d’internet. Je ne veux pas dire que c’est une mauvaise chose, au contraire. Mais aujourd’hui nous sommes tous des mouches digitales grouillantes sur la toile du web, même Justin Timberlake. Prends par exemple les incroyables Kings of Leon, je possède trois de leurs album, je les adore, mais je ne sais même pas le nom de leur chanteur. Le temps des grands chanteurs comme Elvis Presley, Freddy Mercury, John Lennon ou Jim Morrison semble révolu, tout ça parce qu’aujourd’hui n’importe quel crétin est capable de faire, enregistrer et vendre de la musique. Tout ce qu’il faut c’est un ordinateur et un micro.

 

Quel est ton meilleur souvenir sur scène ?

On a joué cet été au Gampel Openair et lorsque nous sommes revenus pour le rappel j’étais un peu émotionné. On est revenu lorsque le public faisait son levé de mains, j’ai perdu l’équilibre et je me suis retrouvé étendu sur le dos. Un instant j’ai cru que mon épaule était fichue. On devait jouer encore 3 morceaux, la foule m’a fait oublier la douleur et mon bras tout endoloris.

 

” Nous sommes tous des mouches digitales “

 

Où sont vos prochains concerts ? Bientôt en Romandie ?

Nous sommes en train de planifier une petite tournée pour le printemps 2010. Toutes les dates sont annoncées sur le site www.theloops.com. J’espère vraiment que nous pourrons passer en Suisse romande, nous aimons tous cette mentalité et la culture du vin.

 

Et enfin, que pouvons-nous vous souhaiter ?

Que nous ne soyons jamais coincé dans une boucle (loop en anglais), que nous allions de l’avant et que nous jouions de la musique chaude devant un public sauvage!


Un commentaire

  1. Re
    Thank you a lot for the superior article close to this topic. I could not find this kind of dissertation reference in web and even tried to order the dissertation. But, I really have all the facts at this time.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page