lundi , 24 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » The Jamborines

The Jamborines

Tales of Broken Afternoons

Label: Anker Platten / Irascible

ROCK - Premier album pour ce jeune groupe yverdonnois qui s’est rapidement fait connaître grâce au concours Soundcheck remporté en 2010.

L’histoire débute un peu comme un conte de fée lorsque The Jamborines gagne le concours « MyCokemusic Soundcheck » organisé à Zurich par une célèbre marque de boisson gazeuse. Premier sur 400 groupes, ça fait toujours plaisir et laisse présager un bel avenir. Un joli chèque, des concerts en Suisse et à l’étranger, une renommée qui grandit jour après jour, il ne manquait plus que l’épreuve du premier album. Chose dorénavant accomplie avec la sortie de TALES OF BROKEN AFTERNOON. Pour l’occasion, le groupe a décidé de vernir son album chez lui, à l’Amalgame d’Yverdon, le 18 février dernier. Le public, les amis, la grande famille, tout le monde était présent pour ce concert et pour se procurer le fameux disque des Jamborines. Le groupe a assuré le spectacle, l’ambiance était rock n’roll, les musiciens se sont éclatés sur scène.

 

 

Le public présent a donc pu apprécier la plupart des titres se trouvant sur TALES OF BROKEN AFTERNOON. L’album débute d’ailleurs par une pléiade de « tubes en puissances ». L’énergique "Hollywood" lance la machine ; c’est rock, c’est en place, les mélodies sont là, le décor est planté. Inside Out poursuit dans cette lignée. Si le groupe se revendique « indie », on sent néanmoins à l’écoute une touche de brit’rock assez pêchue.  LE tube fait ensuite son apparition. "New Logic" a en effet cette qualité mélodique qui en fait un morceau porteur. Ce n’est pas un hasard, si il passe régulièrement à la radio ces derniers temps. Pas le temps de cogiter sur ces considérations que le superbe "Mustang" nous emmène en balade dans une ambiance aérienne que My Morning Jacket ne renierait pas. 
Avec une telle entrée en matière, on est franchement sur le cul ! Et ce n’est pas fini, la suite n’est pas à mettre aux oubliettes. On ne retrouve pas des tubes du calibre de "New Logic" ou "Mustang", mais on se laisse porter par le groupe avec des titres dynamiques et agréables à écouter (Waiting Games, You and I). Les solos guitares de Yann Secrest feraient presque partir le brouillard yverdonnois, c’est dire…

La Suisse Romande peut se venter d’avoir quelques bons groupes prometteurs de rock. Si les Mondrians et les Akwards représentent dignement l’arc lémanique, le nord vaudois peut dorénavant relever la tête avec The Jamborines. Soulignons toutefois que le chanteur Caleb Kylander est originaire de San Diego, vous ne risquez donc pas de subir un accent prononcé du Gros de Vaud sur les 11 titres présent de l’album.
Si vous avez l’occasion d’aller voir le groupe en live, foncez ! Ils seront le 28 mars au Bleu Lézard, le 14 avril au Caprices Festival et le 19 mai au Fri-Son ainsi que quelques dates outre-Sarine.

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page