jeudi , 20 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » The Hyènes

The Hyènes

Peace and Loud

Label: At Home / Disques Office

PUNK ROCK - Les noms des musiciens réunis autour de ce projet ont de quoi faire saliver les amateurs de rock français. Est-suffisant pour vous conseiller d’acquérir PEACE AND LOUD. Verdict?

C'est le second album du groupe né en 2005 de la réunion de Denis Barthe (Noir Désir) et Vincent Bosler (Very Small Orchestra) pour signer la b.o. du film d'Albert Dupontel : « Enfermé Dehors ». Le bassiste Olivier Mathios et Jean-Paul Roy (Noir Désir), cette fois à la guitare, les rejoignent alors. En manque de sensations scéniques, ils partent finalement pour une série de concerts qui aboutira à un premier album éponyme en 2009. Un peu plus punk cette fois, ce second opus composé d'onze titres, dont deux en anglais, est toujours réactionnaire et dénonciateur. The Hyènes fait penser aux groupes tels que Trust, Les Garçons Bouchers (sans le côté accordéon et ska)… avec vingt ans de retard et un certain manque de maturité (à l'écoute, de toutes façons, ce n'est pas ce qu'ils cherchent). Notons que ça groove grâce à une basse hyper efficace mais tout ça ne donne juste qu'un rock'n'roll bien balancé, hélas sans originalité, déjà entendu…

 

 

"Dead Pompidou'z", le premier titre, ouvre le bal avec un texte politique nous mettant tout de suite au parfum (il faut dire qu'avec la crise, y'a de quoi faire!). En second, "Black B", en anglais, matraque des paroles qui, malgré certains efforts, pêchent un peu dans l'accent (un peu dérangeant!) ! Suivent (et se ressemblent) les autres titres, avec mention spéciale pour "Punk is Dead" (au riff ayant un petit air de "Woman from Tokyo" de Deep Purple), "Le Pouvoir" qui dénonce l'effet « anesthésiant de la télévision sur les masses laborieuses » et "Die Deutschen" au texte chauvin à souhait (ironique?) reflétant la concurrence franco-allemande actuelle et les vieux clichés racistes qui durent.

Bref, les quatre musicos qui définissent leur groupe comme nihiliste, jubilatoire et jouisseur, se défoulent et s'amusent comme de grands gamins enragés… sans forcément nous emporter avec eux ! Musicalement on aurait pu attendre mieux de ces vieux briscards du rock, mais ce n'était pas leur envie…

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page