dimanche , 18 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » The Dukes

The Dukes

Smoke against the Beat

Label: Caroline Records / Unibroews United

INDIE-POP-ROCK - The Dukes, c’est la réunion de Shanka (ex-guitariste de No one is innocent) et de Greg Jacks (batteur de Superbus) qui reviennent pour un second album. Après Victory en 2011, un bon concentré d’indie rock des années 90 (avec quelques influences plus anciennes ici et là), tout en lorgnant vers la pop, et de nombreux concerts, ce retour sur disque est relativement attendu. Souvenez-vous, le premier album crée la bonne surprise, et le second confirme … ou déçoit. A votre avis ?

The Dukes est un duo franco américain qui prouve que l’union fait la force. Ce mini supergroupe (au sens des seventies, rassemblements de membres de divers groupes pour fonder un groupe à la réputation exceptionnel comme Cream ou ELP) a séduit un large public rock avec son premier album, où l’on retrouve l’influence de groupes tels que les Whites Stripes ou Queens Of The Stone Age. Que du bon, me direz-vous. Et pour ce second disque, c’est un peu pareil, un peu beaucoup même, parce que c’est tout simplement aussi réussi. J’y perds mon français, vous pouvez le constater. Alors je vais me calmer (mais c’est trop bon de s’injecter cette musique dans les oreilles !!!) pour vous expliquer.

L’album s’ouvre sur "Just in case", un titre plutôt pop. En douceur, me direz-vous, et c’est le cas. On n’est pas loin de la pop-rock de MTV, et c’est déjà réussi sans être vraiment neuf. L’énergie du groupe et la ligne mélodique y sont assurément pour quelque chose. "Smoke against the beat", après son début plutôt « noisy » donne le second ton du disque, plus énergique, plus rock. Les titres suivants sont soit pop (Daisy’s eyes ou The Great Escape) soit plus rock (Black Hole Love ou The Grey love). Et, attention les oreilles, dans les innovations, il y a un riff bien plus bluesy pour "Gold Digger", ou le coté rock vitaminé à la guitare acoustique de "Alive" (avec une excellente ligne mélodique !). Ce qui prouve qu’on va un peu plus loin que le premier disque !

Ayant retrouvé mes mots, j’ose penser que vous avez compris que The Dukes n’est pas à son second coup de chance, mais plutôt sa consécration, avec un second album aussi réussi que le premier. Encore une preuve que le rock n’est pas mort, et qu’avec ce genre de groupe, on est reparti pour des années !
 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page