The Black Widow’s Project

L’album débute par "Ha Ha Ha Uh" comme un direct dans la figure : carré et fait pour envoyer du bois. La suite est un mélange de titres rappelant sans cesse les grands groupes des 90’s : Filter, Soundgarden (Love is a weapon), Alice in Chains (5th), Rage against the Machine (Dead Man Walking), Nirvana (These Little Pricks), Godsmack (Spirits) et les 70’s avec des riffs que l’on peut qualifier de ‘’sabbathiens’’. "We Have to be Free" sonne très blues rock un peu sale et "Devil’s Waiting for us to fail" évoque ERA VULGARIS de QOTSA. Même si ces titres sont supérieurs à l’ensemble, ils n’arrivent pas à faire oublier combien le set est carré : exit la touche de stoner et le côté psychédélique qui avaient convaincu sur leur premier EP. Ici c’est le heavy qui parle à tel point que les titres sont englués dans les clichés du rock des nineties.

 

 

Si The Black Widow’s Project a bien digéré le rock des 90’s, ces références multiples laissent l’impression de déjà entendu. Il est extrêmement simple de substituer des noms d’autres groupes à chacun des titres de l’album. Certes les morceaux sont bien écrits, certains riffs même s’ils sont très carrés restent intéressants et efficaces mais cela donne l’impression que le groupe n’a pas d’identité et rien de neuf à apporter – le tout manque avant tout d’âme. Malgré quelques titres assez bons, la sauce ne prend pas : si le son heavy est là, le cœur n’y est pas.

About Author

Check Also

Du live façon cachemire en boucle dans tes oreilles

Vous savez maintenant à quel point j’adore les concerts, je vous emmène avec moi vous …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench